Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

Cette semaine E E E O O D H K N N P R S S T

sorte de fronde aux  bras inégaux, avec laquelle on lançait une flèche au lieu d'une pierre

Montségur_et_son_Pog_(=éperon_rocheux)

Dans le hameau déserté sous l'éperon rocheux, ne vit plus que le vieux Théodore.

Il avait été déporté pendant la dernière guerre. A présent, il ne voulait voir personne. Il n'aspirait qu'au repos, vivant le plus possible dehors.

Thérèse, qui venait de s'installer à l'entrée du village, se demandait pourquoi tout le monde allait déposer des denrées à ce vieux ronchon édenté...

Un jour, elle découvrit dans sa cave un carton rempli de coupures de presse. Etonnée, elle s'installa pour les lire à la lumière des néons. Elle eut des réponses à ses questions et comprit pourquoi il était honoré par tous ici.

Théodore avait fait partie du cercle des poètes qui se réunissait au Héron cendré, le café du château. Tous les membres avaient la particularité de porter des prénoms étranges (Kester, Témoé, Théos...) et de collectionner les arbalètes et les frondes (Théos avait même une kestrosphendone qui trône toujours au café)

cestros2

Théodore avait été le héros du village en remportant de nombreux trophées littéraires. Des présents restés sur les étagères du café comme un serpent argenté et des médailles dorées, des photos sur lesquelles Thérèse pouvait noter le regard toujours franc et honnête de l'homme les rappelaient encore...

Elle apprit aussi qu'il n'accepta pas la perte de la liberté pendant l'Occupation. Il créa une sorte de ronde de résistance dans le village, surtout morale, pour l'étendre à toute la vallée ensuite. Un jour, malheureusement, il fut dénoncé par Kérène, une vraie peste. Les soldats n'eurent plus qu'à lui tendre un piège, postés entre l'ancienne herse et la porte du château. Le village entier, saisi, put entendre l'ordre sonore donné par le chef de brigade...

Longtemps, les villageois crurent à la thèse du complot. Mais le fils de Kérène découvrit avec honte la responsabilité de sa mère. Il la fit connaître après avoir fui le village pour éviter les représailles et les hordes de journalistes...

Thérèse, touchée par cette histoire, décide d'aider Théodore à sa façon. Après avoir sondé les avis et possibilités des uns et des autres, elle prend la décision de monter une collecte pour lui offrir une prothèse (elle n'y aurait jamais pensé seule...) lui qui ne peut ou ne veut dépenser une telle somme pour son propre bien-être. Elle espère aussi retrouver le fils de Kérène pour lui tendre la main et inviter le village au pardon...