14 février 2019

Dans les salles obscures 2

les_estivants

Une grande et belle propriété sur la Côte d’Azur. Un endroit qui semble hors du temps et protégé du monde. Anna arrive avec sa fille pour quelques jours de vacances. Au milieu de sa famille, de leurs amis, et des employés, Anna doit gérer sa rupture toute fraîche et l’écriture de son prochain film. Derrière les rires, les colères, les secrets, naissent des rapports de dominations, des peurs et des désirs. Chacun se bouche les oreilles aux bruits du monde et doit se débrouiller avec le mystère de sa propre existence.

Il faut aimer l'univers de Valerie Bruni Tedeschi pour apprécier ce film.

On va des problèmes de la famille riche à ceux des employés, mais surtout la toujours actuelle différence de classe... Des sujets tabous s'exposent comme le viol ou l'alcool... l'amour et la tromperie... la filiation...

Très bien joué, c'est assez intéressant mais beaucoup trop long, on finit par se lasser

 

images (2)

Lorsque Pierre Hoffman intègre le prestigieux collège de Saint Joseph il décèle, chez les 3e 1, une hostilité diffuse et une violence sourde. Est-ce parce que leur professeur de français vient de se jeter par la fenêtre en plein cours ? Parce qu’ils sont une classe pilote d’enfants surdoués ? Parce qu’ils semblent terrifiés par la menace écologique et avoir perdu tout espoir en l’avenir ? De la curiosité à l’obsession, Pierre va tenter de percer leur secret...

Douze gamins précoces, dont six sont particulièrement imbus d'eux-mêmes, encouragés et excusés par la hiérarchie du collège qui a pour seul objectif d'en faire les meilleurs du département au brevet.

Le remplaçant est malmené en classe mais il sait se poser des questions et veut comprendre ce qui se passe en réalité pour les six particulièrement odieux (merveilleuse Luàna Bajrami) Il finit par les espionner hors du collège et craint le pire. Il leur sauve la vie mais...

Un film fort, inquiétant, voire lourd. Sauvé par une superbe interprétation. Dont on se sort pas indemne...

 

2638709

Depuis que Nora a assisté au procès de Jacques Viguier, accusé du meurtre de sa femme, elle est persuadée de son innocence. Craignant une erreur judiciaire, elle convainc un ténor du barreau de le défendre pour son second procès, en appel. Ensemble, ils vont mener un combat acharné contre l'injustice. Mais alors que l’étau se resserre autour de celui que tous accusent, la quête de vérité de Nora vire à l’obsession.

Tiré de l'histoire vraie de la disparition de Suzanne Viguier

C'est une réflexion passionnante sur le fonctionnement de notre justice.

Comment arrive-t-on à une "intime conviction" quand on est juré ?

On est happé par le sujet, merveilleusement porté par Marina Foïs et Olivier Gourmet. 

à voir absolument

Posté par mamitta à 06:41 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :