images

La musique est le secret de Mathieu Malinski, un sujet dont il n’ose pas parler dans sa banlieue où il traîne avec ses potes. Alors qu’un des petits cambriolages qu’il fait avec ces derniers le mène aux portes de la prison, Pierre Geitner, directeur du Conservatoire National Supérieur de Musique l’en sort en échange d’heures d’intérêt général. Mais Pierre a une toute autre idée en tête… Il a décelé en Mathieu un futur très grand pianiste qu’il inscrit au concours national de piano. Mathieu entre dans un nouveau monde dont il ignore les codes, suit les cours de l’intransigeante « Comtesse » et rencontre Anna dont il tombe amoureux. Pour réussir ce concours pour lequel tous jouent leur destin, Mathieu, Pierre et la Comtesse devront apprendre à dépasser leurs préjugés…

Même si on sait comment cela va se terminer, on est pris par cette histoire superbement menée et jouée.

Si l'histoire tourne autour des différences de statuts sociaux et des nombreux préjugés qui en découlent pour tous les protagonistes, la musique est au centre. Je ne suis pourtant pas fan de piano mais il est si magistral qu'on a envie d'en entendre encore et encore...

A voir absolument

 

images (1)

Le retour des familles Verneuil et Koffi au grand complet ! Claude et Marie Verneuil font face à une nouvelle crise. Leurs quatre gendres, Rachid, David, Chao et Charles sont décidés à quitter la France avec femmes et enfants pour tenter leur chance à l’étranger. Incapables d’imaginer leur famille loin d’eux, Claude et Marie sont prêts à tout pour les retenir. De leur côté, les Koffi débarquent en France pour le mariage de leur fille. Eux non plus ne sont pas au bout de leurs surprises…

Pas aussi hilarant que le premier volet, l'humour est plus subtil par moments.

Pour les gendres, l'herbe semble plus verte dans leur pays d'origine... les femmes sont prêtes à suivre

Mais une autre différence que celles de la foi et de la couleur de peau est traitée là.

Se voit avec plaisir

 

images (2)

Alexandre vit à Lyon avec sa femme et ses enfants. Un jour, il découvre par hasard que le prêtre qui a abusé de lui aux scouts officie toujours auprès d’enfants. Il se lance alors dans un combat, très vite rejoint par François et Emmanuel, également victimes du prêtre, pour « libérer leur parole » sur ce qu’ils ont subi.
Mais les répercussions et conséquences de ces aveux ne laisseront personne indemne.

Ce n'est pas un film anticlérical.

Je n'y ai pas perdu la foi

C'est une histoire vraie, traitée essentiellement du point de vue des victimes et de leurs familles.

La souffrance des victimes qui perdure toute leur vie jusqu'à ce que la parole soit libérée est au centre de ce film.

Que ce soit ici l'institution "Eglise" qui soit mise en cause n'enlève rien à la responsabilité de chaque personne de l'entourage des enfants abusés de n'avoir rien dit ou d'avoir abandonné la bataille.

Je rapprocherais volontiers cette approche de celle du film "Les chatouilles"

Je ne peux que conseiller d'aller voir ce film pour se faire sa propre opinion