30 juin 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : E E E I O B B L M N R

verbe : envelopper soigneusement (quelque chose ou quelqu'un)  Au fig., fam : séduire (quelqu'un) par des paroles en vue de le tromper.

 

Il ne s'appelle pas Robin, il n'habite pas près de la Loire et il préfère la bière aux biscuits Belin...

Il a pris la liberté d'envoyer une bombe, bien caché dans l'ombre d'un simple mail (ce qui n'est pas très noble) farci de reproches en grand nombre. Une demande de divorce enrobée de mots bien choisis afin de l'embobeliner encore et encore.

Lui qui aime bomber le torse, qui oublie ce que la bible lui a enseigné, renie sans honte une longue vie commune.

DSC02910

C'était il y a juste un an.

Et si c'est une histoire vraie...

Posté par mamitta à 06:50 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

29 juin 2019

Et je choisis de vivre

Home-bg3-img1

 

" Quand on perd son père ou sa mère on est orpheline, quand on perd son conjoint on est veuve mais quand on perd son enfant, il n’y a plus de mots ".

À tout juste 30 ans, Amande perd son enfant. Pour se reconstruire, elle entreprend alors un parcours initiatique dans la Drôme, accompagnée de son ami réalisateur, Nans Thomassey. Ensemble, et sous l’œil de la caméra, ils partent à la rencontre d’hommes et de femmes qui ont, comme Amande, vécu la perte d’un enfant. De cette quête de sens naît Et je choisis de vivre, un film sur le deuil, à la fois sensible, émouvant et rempli d’espoir.

Ils sont trois trentenaires. Elle, Amande Marty, maman d'un petit Gaspar décédé la veille de son premier anniversaire. Eux, Nans Thomassey (réalisateur) et Damien Boyer (coréalisateur et producteur), prêts à la suivre dans cette aventure folle : réaliser un film sur cette tragédie. Une gageure, tant rien n'est donné quand on se lance dans un tel projet. Car si le deuil est l'expérience de vie la plus partagée, c'est aussi un sujet tabou. Quatre ans plus tard, ils ont pourtant relevé tous les paris. Leur film Et je choisis de vivre vient de sortir en salles (5 juin 2019). Surtout, ce documentaire sur le deuil d'une mère est une oeuvre lumineuse, subtile et émouvante, un véritable hymne à la vie. Les spectateurs qui la plébiscitent ne s'y trompent d'ailleurs pas. 

Damien Boyer est le coréalisateur du film. "On a un retour incroyable, on reçoit des milliers et de milliers d'e-mails. Des gens nous disent "merci" ou même que leur vie est transformée. Pourtant ce n'est qu'un film. Il n'y a rien de magique. Mais le fait d'ouvrir le sujet, et de l'aborder avec un peu plus de joie malgré la douleur... beaucoup s'y reconnaissent". Il faut dire que le deuil est l'expérience de vie la plus partagée.

 

Vous dire que ce film m'a touchée est banal...

Même si les situations sont totalement différentes de la mienne, parler du deuil est nécessaire car nous sommes tous touchés un jour par la perte d'un être cher.

J'ai entendu mes propres questionnements, mes propres peurs, mes propres doutes.

Et ma propre envie de vivre, pour les autres d'abord, pour moi aussi et, enfin, pour la vie qui est belle.

J'ai entendu mes propres mots, dont "maman désenfantée"...

Et ma propre attente : qu'on parle toujours de Jean-Baptiste, sans avoir peur de mes larmes.

Parce qu'il vit toujours dans mon coeur et dans ceux de tous ceux qui l'ont aimé.

Je ne peux que vous conseiller le livre de Christophe Fauré "Vivre le deuil au jour le jour", livre qui m'a beaucoup aidée et a aidé nombre de mes amis. Christophe Fauré intervient dans le film. C'est d'ailleurs le seul moment où le père de Gaspar s'autorise enfin à parler.

Et je ne peux que vous conseiller d'aller voir ce film magnifique : bien construit, une image superbe, des paysages de la Drôme en automne, un âne têtu... et de très belles rencontres, des mots très forts sur la douleur et sur la résilience.

 

J'ai été très touchée quand Amande se met à chanter, d'une très belle voix :

J'aime les gens qui doutent
Les gens qui trop écoutent
Leur coeur se balancer
J'aime les gens qui disent
Et qui se contredisent
Et sans se dénoncer
J'aime les gens qui tremblent
Que parfois ils ne semblent
Capables de juger
J'aime les gens qui passent
Moitié dans leurs godasses
Et moitié à côté
J'aime leur petite chanson
Même s'ils passent pour des cons
J'aime ceux qui paniquent
Ceux qui sont pas logiques
Enfin, pas comme il faut
Ceux qui, avec leurs chaînes
Pour pas que ça nous gêne
Font un bruit de grelot
Ceux qui n'auront pas honte
De n'être au bout du compte
Que des ratés du coeur
Pour n'avoir pas su dire
Délivrez-nous du pire
Et gardez le meilleur
J'aime leur petite chanson
Même s'ils passent pour des cons
J'aime les gens qui n'osent
S'approprier les choses
Encore

Posté par mamitta à 08:48 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
26 juin 2019

Gorjuss 101

Gridoux accompagne la demoiselle

20190623_100457

Heureusement, ce n'est pas ma Ficelle !

20190623_100451

 

Mes complices de gang Gorjuss 

LunaLisbeiSandRyne et Titefée

attendent vos visites

Posté par mamitta à 06:43 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 juin 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : A A A A E I C L N R R S S V

Il est toujours fortifié et comporte à la fois des écuries (ou des enclos) pour les montures et les bêtes de somme, des magasins pour les marchandises
et des chambres pour les gens de passage, au Moyen Orient lieu où les caravanes de marchands font halte.

 

Câliner les lutins pour leur donner des

Ailes et les mettre sur les

Rails pour se construire un bel 

Avenir. Remplir leurs

Valises de rêves tout en restant 

Ancrés dans la réalité. Cela ne leur

Nuira jamais. Déjà je les

Serrais sur mon coeur dès leur premier

Essai de liberté sur les

Rives de l'autonomie. Foin des

Avanies inévitables car ils sont 

Ivres d'histoires encourageantes offertes par tous les

Livres lus depuis l'enfance. Je

Serai toujours heureuse d'être avec eux... comme ces jours-ci

DSC00114-610x250

clic sur image

 

Posté par mamitta à 07:39 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
21 juin 2019

Carrés 43, 44 & 45

Je suis juste en retard d'un petit carré...

20190620_121450

Merci à toi,  Lin Pulsion

je me régale toujours autant !

20190620_122127

Dans deux semaines, nous aurons terminé ce bel ouvrage

Posté par mamitta à 06:29 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,

16 juin 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : I I O O O U C C C L N N R S T

 Détours de langage qui, en évitant les termes précis, visent à masquer la pensée ou à adoucir ce que l’on veut dire

 

Dans tous les coins de la ferme s'ébattait la volaille qui aimait à chanter à tue-tête montée sur les troncs couchés qui attendaient d'être réduits en tronçons pour l'hiver. C'était des coin-coins et des cocoricos en continu.

Dans leur auge, il y avait trois petits cochons, bien noircis par la terre de là.

elevage-cochons-sales-hygiene-sans-paille-industriel-854x481

Ce jour là, Corin, qui n'avait pas pour habitude d'utiliser des circonvolutions, mais plutôt celle d'utiliser à tous propos la locution loin des yeux loin du coeur s'écria : " Marre d'être enfermés dans ce minable couloir. Les contours sont plus que limités ! Nous sommes traités comme de vieux croûtons. En plus, nous nous coltinons tous les déchets des autres. Pourtant, ils cuiront bien un jour comme nous cuirons nous-mêmes !"

Louis lui répondit : "Mon cousin Nicol m'a parlé d'un circuit de concours de beauté porcine qui aura lieu bientôt. Je crois même que c'est nôtre Louison qui l'organise ! Décidons de nous préparer, nous arriverons bien à la convaincre !"

Toinou, qui n'était jamais à court d'idée, proposa : " Concluons un pacte. Tirons d'abord à la courte paille qui ira se frotter aux vieux clous de la barrière pour aller chercher les herbes nécessaires à nous faire des onctions. Puis trions les bien, elles ne nous nuiront pas même si elles ne font pas toujours grand effet. Puis faisons l'effort de nous frotter les uns les autres chaque jour."

Corin répondit : " En voilà une bonne idée, je crois que cela peut réussir même si nous ne sommes pas tous choisis !"

Epilogue

bayeux_mons

 

Foi de petits cochons...

Après bien des aventures, ils partirent pour Bayeux avec Louison.

Et Toinou gagna le concours !

Posté par mamitta à 06:37 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
15 juin 2019

"Persévérance" 47

Voici où nous avions laissé les 5 persévérantes de ce mois

page

 

Brigitte dite Badou n'a pas eu le temps de broder sa nappe...

Félicitons l'heureuse nouvelle grand-mère !

 

Brigitte dite Gigitte 73 a bien avancé d'un coup : le vase terminé accueille des fleurs

123682499-horz

 

Luna plante avec toujours autant de régularité

ob_836f52_48-25b-mi-juin

ob_53a866_48-25a-mi-juin

 

Mamounette aurait-elle plus couru que brodé ce mois-ci ?

mamounette

 

Scapinette a terminé son calendrier commencé en 2016...

123465509_o (3)

 

Et, moi, je me noie dans les différents jaunes du ciel

mais j'approche de la fin !

20190615_064619

20190615_064628

 

N'oubliez pas d'aller encourager les persévérantes 

Rendez-vous dans un mois

Vous pouvez aussi nous rejoindre si vous avez un ouvrage important qui vous attend dans un placard...

 

Posté par mamitta à 07:10 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags : ,
12 juin 2019

Gorjuss 100

Après une petite pause, j'ai commencé à donner un compagnon à ma demoiselle

20190604_100813

Mes complices de gang Gorjuss 

LunaLisbeiSandRyne et Titefée

attendent vos visites

Posté par mamitta à 07:16 - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 juin 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : A E E I O O C D D H M N P S

nom masculin : musique utilisant exclusivement les douze sons de la gamme chromatique

 

J'aime beaucoup aller au cinéma, cela permet d'oublier ses tracas pendant quelques heures. Cela devrait même être prescrit par les médecins ! Mon programme n'est pas seulement composé de comédies, tout m'attire.

Et comme je suis parfois frappée d'amnésie, je vous en parle de temps en temps ici : une manie qui supplée ma mémoire défaillante.

Parfois, j'y vais avec ma soeur aînée, ou avec un copain ou une copine. Mais, le plus souvent, j'y retrouve des amies. Nous aimons bien y aller le dimanche après la rando. Nous allons de préférence aux Cinémas Lumière pour faire des économies : l'adhésion est gratuite et la place ne coûte que 5 euros.

téléchargement

Souvent, après la séance, nous allons sur une péniche, un lieu sympa déniché au cours de nos sorties. Nous nous installons non loin du piano qui joue des airs connus. Nous buvons une boisson champenoise agrémentée de quelques chips avec des anchois marinés (quand c'est la dèche) Mais, le plus souvent, nous piochons dans les délicieuses tapas que ces dames apprécient particulièrement, sans s'inquiéter de notre poids... Et il n'y a que lorsqu'une ondée menace que nous nous décidons à rentrer directement...

pt136523

Nous discutons souvent de la séance. Après le film danois (Astrid, dont je vous parlais ) nous avons partagé nos émois. La scène de l'épisode final a longuement été commentée... Ce film est un long poème à la résilience : malgré toutes les peines endurées sur les différents chemins empruntés, Astrid ne courbe jamais l'échine. Elle s'est définitivement prise en mains et a dominé le mépris de beaucoup, voire la haine de certains peut-être, dans chacun des mondes où elle a vécu. Elle a su résister aux demandes de sa mère ou de la société, préférant vivre une vie plutôt nomade que damnée. Ce n'est pas un scoop, la machine patriarcale et ses démons ne traitent pas bien la femme. Astrid est du genre roseau plus que chêne...

Tous les comédiens sont excellents. La jeune actrice qui campe l'héroïne est lumineuse, sûr que nous la reverrons bientôt !

4920163

Quant à la bande son, elle accompagne le plus souvent discrètement l'action. Je n'y connais pas grand chose en musique et je ne saurais dire si celle-là appartient aux champ musical traditionnel ou classique, ou même moderne... Mais il me semble qu'il ne s'agit pas de dodécaphonisme.

th

 

PS : Ouf, en toute indépendance, assise sur ma chaise sous un sapin, j'ai sorti ce mot incasable niché au fond d'un mince pochon ou d'une poche de la manche de la chemise de ma nièce (Noémie, celle qui traverse les océans pour étudier les dindes et les paons et rentre actuellement de Chine) dont la musique est le domaine de prédilection, sans toutefois réussir à caser tous les anagrammes trouvés, même dans ce PS farfelu !

Posté par mamitta à 06:38 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
06 juin 2019

Petite crise

Les marchés de Lyon sont tellement tentants : rien à voir avec la région parisienne !

Des produits "locaux" venant de la Drôme et de l'Ardèche, pas forcément "bios" mais, au moins, ils n'ont pas voyagé longtemps 

Et des prix plus que corrects

Bref, j'ai craqué

20190604_103044

27 pots en tout

Rhubarbe (avec un peu de banane pour diminuer l'acidité) ; poire-cannelle ; abricot et abricot-quatre épices

Miammmmm

Posté par mamitta à 06:46 - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :