16 juin 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : I I O O O U C C C L N N R S T

 Détours de langage qui, en évitant les termes précis, visent à masquer la pensée ou à adoucir ce que l’on veut dire

 

Dans tous les coins de la ferme s'ébattait la volaille qui aimait à chanter à tue-tête montée sur les troncs couchés qui attendaient d'être réduits en tronçons pour l'hiver. C'était des coin-coins et des cocoricos en continu.

Dans leur auge, il y avait trois petits cochons, bien noircis par la terre de là.

elevage-cochons-sales-hygiene-sans-paille-industriel-854x481

Ce jour là, Corin, qui n'avait pas pour habitude d'utiliser des circonvolutions, mais plutôt celle d'utiliser à tous propos la locution loin des yeux loin du coeur s'écria : " Marre d'être enfermés dans ce minable couloir. Les contours sont plus que limités ! Nous sommes traités comme de vieux croûtons. En plus, nous nous coltinons tous les déchets des autres. Pourtant, ils cuiront bien un jour comme nous cuirons nous-mêmes !"

Louis lui répondit : "Mon cousin Nicol m'a parlé d'un circuit de concours de beauté porcine qui aura lieu bientôt. Je crois même que c'est nôtre Louison qui l'organise ! Décidons de nous préparer, nous arriverons bien à la convaincre !"

Toinou, qui n'était jamais à court d'idée, proposa : " Concluons un pacte. Tirons d'abord à la courte paille qui ira se frotter aux vieux clous de la barrière pour aller chercher les herbes nécessaires à nous faire des onctions. Puis trions les bien, elles ne nous nuiront pas même si elles ne font pas toujours grand effet. Puis faisons l'effort de nous frotter les uns les autres chaque jour."

Corin répondit : " En voilà une bonne idée, je crois que cela peut réussir même si nous ne sommes pas tous choisis !"

Epilogue

bayeux_mons

 

Foi de petits cochons...

Après bien des aventures, ils partirent pour Bayeux avec Louison.

Et Toinou gagna le concours !

Posté par mamitta à 06:37 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

09 juin 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : A E E I O O C D D H M N P S

nom masculin : musique utilisant exclusivement les douze sons de la gamme chromatique

 

J'aime beaucoup aller au cinéma, cela permet d'oublier ses tracas pendant quelques heures. Cela devrait même être prescrit par les médecins ! Mon programme n'est pas seulement composé de comédies, tout m'attire.

Et comme je suis parfois frappée d'amnésie, je vous en parle de temps en temps ici : une manie qui supplée ma mémoire défaillante.

Parfois, j'y vais avec ma soeur aînée, ou avec un copain ou une copine. Mais, le plus souvent, j'y retrouve des amies. Nous aimons bien y aller le dimanche après la rando. Nous allons de préférence aux Cinémas Lumière pour faire des économies : l'adhésion est gratuite et la place ne coûte que 5 euros.

téléchargement

Souvent, après la séance, nous allons sur une péniche, un lieu sympa déniché au cours de nos sorties. Nous nous installons non loin du piano qui joue des airs connus. Nous buvons une boisson champenoise agrémentée de quelques chips avec des anchois marinés (quand c'est la dèche) Mais, le plus souvent, nous piochons dans les délicieuses tapas que ces dames apprécient particulièrement, sans s'inquiéter de notre poids... Et il n'y a que lorsqu'une ondée menace que nous nous décidons à rentrer directement...

pt136523

Nous discutons souvent de la séance. Après le film danois (Astrid, dont je vous parlais ) nous avons partagé nos émois. La scène de l'épisode final a longuement été commentée... Ce film est un long poème à la résilience : malgré toutes les peines endurées sur les différents chemins empruntés, Astrid ne courbe jamais l'échine. Elle s'est définitivement prise en mains et a dominé le mépris de beaucoup, voire la haine de certains peut-être, dans chacun des mondes où elle a vécu. Elle a su résister aux demandes de sa mère ou de la société, préférant vivre une vie plutôt nomade que damnée. Ce n'est pas un scoop, la machine patriarcale et ses démons ne traitent pas bien la femme. Astrid est du genre roseau plus que chêne...

Tous les comédiens sont excellents. La jeune actrice qui campe l'héroïne est lumineuse, sûr que nous la reverrons bientôt !

4920163

Quant à la bande son, elle accompagne le plus souvent discrètement l'action. Je n'y connais pas grand chose en musique et je ne saurais dire si celle-là appartient aux champ musical traditionnel ou classique, ou même moderne... Mais il me semble qu'il ne s'agit pas de dodécaphonisme.

th

 

PS : Ouf, en toute indépendance, assise sur ma chaise sous un sapin, j'ai sorti ce mot incasable niché au fond d'un mince pochon ou d'une poche de la manche de la chemise de ma nièce (Noémie, celle qui traverse les océans pour étudier les dindes et les paons et rentre actuellement de Chine) dont la musique est le domaine de prédilection, sans toutefois réussir à caser tous les anagrammes trouvés, même dans ce PS farfelu !

Posté par mamitta à 06:38 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
02 juin 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : A E E E B R R S T T T

nom commun- masculin pluriel : outils pour façonner l'ardoise

330px-Ardoises_Paimpont

 

 

Après un petit voyage vers Brest et les abers bretons, je ne me suis pas tâtée longtemps pour repartir vers les Alpes, là où mon amie Brigitte est basée à présent.

Pas question de rater l'occasion de profiter du bel astre chaud enfin présent : nous sommes parties nous ébattre le long du Lac du Bourget.

page a

Le chemin, barré seulement pendant la saison de nidification, nous a permis d'observer facilement la couvée d'un canard ou les ébats d'une famille de cygnes...

page

Nous avons fait de nombreux arrêts pour tester tous les observatoires...

page c

Dans le labyrinthe fleuri, pas de serre mais des touffes de fleurs, dont quelques raretés, et nous avons pris le temps d'observer le travail inlassable des petites bêtes (pas que des abeilles) ; des arbres abritant un banc pour se poser ; un petit "étang aux grenouilles" aux magnifiques nénuphars devant lequel nous sommes restées béates telles des enfants...

page b

Avant d'aller déjeuner, nous nous sommes assises face à l'abbaye de Haute Combe. Qu'il était bon de rester ainsi au calme sur un petit tertre ombragé.

page ar

Au dessert, pas de tarte mais un délicieux (et copieux !) café gourmand...

20190530_134929

En rentrant, nous nous sommes arrêtées à une fête des Trikers. Je ne suis pas fan, mais c'étaient vraiment intéressant (tant les engins que les trikers, des êtres un peu à part tout de même)

page m

Nous nous étions bien aérées, alors nous sommes rentrées pour regarder en replay l'émission Des racines et des ailes entre Lot et Garonne, où nous avons pu observer en direct le mot du jour : rebatterets !

art-toiture-ardoise-2

Posté par mamitta à 06:24 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
26 mai 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : A E I I C M P S S T T

nom commun -masculin : répéter ou écrire à la manière d'un perroquet sans comprendre les mots

 

Quand j'ai rencontré Yaël, nous ne sommes pas tout de suite devenues amies. Mais c'est une personne très active et à l'écoute des autres et, malgré nos grandes différences, notre amitié se tissait doucement avec le temps.

Un jour, elle m'a proposé de participer à un projet théâtral avec un de ses groupes d'étudiants étrangers. Si cela me tentait, le pacte tacite était que, pendant les répétitions, je noterais l'évolution de l'expression orale des étudiants. En parallèle, j'aiderais à la création des décors et costumes, tous faits en papier blanc.

P1120653 (2)

Et nous voici parties pour de nombreux week-ends à Orléans puis Brest.

IMAGE0005-horz

Si le texte de Beaumarchais est très beau, à la première séance il n'était qu'un épais magma qui faisait pitié : psittacisme et mauvaise prononciation lui donnaient un étrange aspect. On ne pouvait reconnaître aucun des personnages campés. J'estimais alors que cela ne nous menait qu'à une impasse.

J'avais tort ! 

J'ai été saisie par le travail de Yaël. 

page

Elle les soumit à diverses mises en situation, travaillant sur le jeu corporel avant tout. Assis ou allongés sur un tapis, manipulant ou pas une caisse ou des petits bouts de papier, dans un éclairage puissant ou tamisé, demandant à l'un qu'il se taise pendant que les autres exprimaient ensemble une sorte de spasme... Toutes les situations de la pièce, tous les états d'âme de chaque personnage furent ainsi explorés par le groupe. Et personne ne pestait !

P1120771

Moi, j'épiais le moindre geste, la moindre expression. Nous analysions cela en fin de séance et tout prenait petit à petit sens.

Lorsque tous les actes furent ainsi abordés, toutes les pistes explorées, le travail corporel cessa pour un temps pour attaquer vraiment celui de la langue.

P1120549

Quelle surpise de découvrir l'impact de ces longs détours... Chacun avait saisi le rôle social de son personnage quelle que soit sa caste ; aucun n'imita l'autre. Les langues se déliaient... le texte prenait sens...

Tout en les écoutant, je me mettais alors à la calligraphie de textes sur le longues bandes de papier qui constituent certains décors...

P1120649-horz

Lorsqu'on arriva aux répétitions dans les décors et en costumes (chapeaux, bottes et capes...) le spectacle est devenu... magique !

P1120793-horz

P1120813

Une belle aventure pour toute la troupe,

affiche001-horz

 une belle réussite qui fut saluée par de nombreux spectateurs et par la presse locale...

Copie de Brest répétition 3

 

 

Certaines se souviennent peut-être, c'était en 2011 :

j'en parlais  ;  et  ;  et ; et

Posté par mamitta à 06:49 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
19 mai 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : A A A A D E E U L N P Q R S S

adjectif - vieilli : vie luxueuse et débauchée

 

Alessandra et Adèle sont amies depuis bien longtemps. Le dimanche de Pâques, alors qu'elles assistaient à la parade des pays du monde, elles envisagèrent de faire un grand voyage ensemble. Pourquoi pas les Andes pour découvrir les splendeurs du tissage indien ?

perudelmundo_blogue_danses_trad_3

Pures jeunes filles de seize ans, elles étaient loin d'avoir une vie sardanapalesque... Elles craignaient toujours arnaques et autres ennuis...

330px-Festa_redentore_2009_081

Quand un groupe s'arrêta juste devant elles pour effectuer une belle danse sarde, elles aperçurent Renaud et Arnaud, les deux inséparables. Ils essayaient de passer à travers la foule dense à petits coups de pédale.

Remarquant la belle carrure de leurs épaules, leur air déluré, Adèle pensa qu'elles avaient peut-être là la solution : ils allaient pouvoir les épauler dans leur projet fou. Pourtant, beaucoup de pleurs quand Renaud l'avait quittée après des préludes prometteurs... Mais c'était du passé, elle se persuada que les aiguilles de la pendule avaient bien trotté depuis leur histoire.

Il ne fallait pas qu'elle les perde de vue.

Quand elle les vit tourner dans l'impasse du passereau, elle comprit qu'ils allaient dans leur planque habituelle.

ob_6204ed_la0a9756

Elle pressa Alessandra à quitter l'esplanade. Elles étaient presque arrivées à l'impasse quand Alessandra s'arrêta brusquement et l'obligea à suspendre son élan. Elle lui demanda des explications et répliqua très vite : "Tu parles !Tu te persuades bien facilement qu'ils vont nous écouter alors que tu râles sans arrêt après eux !" Lorsque Adèle voulut l'interrompre, elle la coupa : "Arrête tout de suite ! Ce n'était qu'une blague... On a bien le droit de rêver, non ?"

 

photos du net : clic pour connaître l'origine

Posté par mamitta à 07:15 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

05 mai 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : A E E E E O G H N N P R S T

Nom commun féminin : Mode de reproduction où l’ovule se développe sans fécondation, mais qui nécessite tout de même l’intervention d’un gamète.

ea11dc988ebca4f7d1a13db6fe10339c

Gontran cherche sa plume Sergent-Major avec laquelle il se sent toujours inspiré. Cela vous paraît peut-être étrange, mais il conserve beaucoup d'objets venant des personnes âgées de sa famille. Son frère Ernest et lui ont toujours été gâtés par ces dernières. Ils étaient comme leurs héros car les premiers de la famille à se lancer dans de longues études. Mais c'était sûrement leurs gènes qui avaient enfin la possibilité de s'exprimer...

Il met des gants pour verser l'encre dans son bel encrier d'un geste précautionneux, en veillant à ne pas la faire gicler sur les anges en argent venant de sa grand-mère qui veillent sur son ouvrage.

Son chien Argos gratte à la porte pour venir le rejoindre. Mais, aujourd'hui, sa prothèse du genou le fait souffrir et Gontran peste un peu. Allez, tant qu'à se lever, il va aller prendre l'air près de l'étang aux hérons. Il boit un verre d'Hépar et sort en laissant portes et fenêtres grandes ouvertes. Tout joyeux, Argos est preste à prendre le large !

Mais Gontran n'arrive pas à songer tranquillement. Il est hanté par le retard qu'il a pris à rédiger sa thèse sur la parthénogénèse facultative des mocassins à tête cuivrée...

copp1

Passés les deux petits ponts, il fait déjà demi-tour et repart par la douce sente bordée de hêtres.

De retour dans sa maison bien aérée, il se prépare un sirop d'orgeat et une tranche de pogne et retourne s'enfermer dans son bureau.

Il n'en est qu'à l'étape de la ponte des oeufs... Il devrait en être au développement des jeunes mâles... Il reste tant à écrire !

Agkistrodon_contortrix-300x240

 

Il a honte de lui devant son panthéon personnel : à tous les étages des étagères qui couvrent les murs du bureau s'alignent des rangées de livres de tous les grands pontes sur son sujet. Comment ose-t-il prétendre que sa prose apportera quelque chose de neuf après ces ténors de la recherche ?

Et puis, il n'a plus d'argent pour tenir encore longtemps, ses rentes sont à présent épuisées...

Allez, son patron lui a bien dit qu'une fois la problématique posée et agréée, il devait rester sûr de lui et avancer... que ces pensées étaient naturelles pour tous les thésards... 

Il faut juste qu'il prenne ses notes et ses photos et se remette à l'écriture de sa belle plume ancestrale...

 

PS : photos du net, clic dessus

 

Posté par mamitta à 07:34 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
28 avril 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : A E E I I D M M N P T

nom masculin pluriel : ce qui empêche l'activité, le mouvement - synonyme: obstacle

 

C'était évident pour la fan que je suis de

téléchargement

"Non: si l'âme sœur était fille unique
Ça serait trop beau, ça serait magique
Ça serait Byzance, bref on le saurait
Mais, hélas, son arbre généalogique
Ça n'est plus un arbre, c'est une forêt!"

Ainsi se plaignait, un peu nostalgique
Un qui n'avait rien du Petit Poucet
Mais qui découvrait, tremblant de panique
Ce que chacun sait :
Trois, un!

{Refrain, x2:}
On n'est pas tout neuf, on a son barda
On a ses impedimenta
On n'est pas tout neuf, on est tous des ex
On est tous plus ou moins duplex

Pourtant l'aventure était sans égale
Le vrai coup de foudre, fusion totale
Plein de goûts communs, rien qui dépassât
Rencontre karmique en tous points fatale
Que, d'un simple mot, elle fracassa
"Je ne fus", dit-elle, "pas une vestale
Et pas mal de monde, dans ma vie, passa
Mais la marguerite a plus d'un pétale
N'oublie jamais ça":
Trois, un!

{au Refrain, x2}

Des plus éloignées jusqu'aux plus récentes
Dans les relations qu'elle lui présente
Il y a tout de qui compte à ses yeux
Des anciens amants, peut-être une amante
Deux ou trois maris, des enfants nombreux
Et sans oublier la liste d'attente:
Un mage, un coiffeur et un persan bleu
Professeur de chant et de parapente
Et puis Depardieu!
Trois, un!

{au Refrain, x2}

Comme il en voyait trente-six chandelles
Elle dit: "Que veux-tu? J'ai le cœur fidèle
Ils me tiennent chaud, ils sont ma maison
Je ne vivrais pas sans ma parentèle
Mais c'est toi que j'aime sans comparaison"
Voyant qu'il fallait, pour garder la belle
Prendre tout le lot ou le portillon
Il trouva sa place et, rempli de zèle
Chanta sa chanson:
Trois, un!

Moi j'ai le cœur neuf, mets-y ton barda
Et je serai ta véranda
Je sors pas de l'œuf, j'ai de bons réflexes
Je veux pas devenir ton ex

{au Refrain, x2}

clic sur texte ou image pour écouter...

 

Et voici ma petite histoire..

 C'est une douce mamie, timide mais animée par un grand amour de l'autre.

Chaque matin, après s'être recueillie avec beaucoup de sincère piété, elle retrouve son aînée en haut de la pente. Le joyeux tandem part alors pour la maison d'accueil.

Là, elle est particulièrement aimée de tous. Pas de grands discours. Pas de pitié non plus. Son attention immédiate est sans limite. Elle amène chacun à s'exprimer. Elle sait écouter la peine comme les espérances, admet les difficultés et les rechutes car elle est bien consciente des impedimenta individuels.

Son écoute est loin d'être tiède, son investissement dans chaque échange ne se dément jamais et elle manie aisément le conseil, toujours discret mais avisé.

Pas de paiement autre que le respect mutuel et l'amitié qui s'étend ainsi de l'un à l'autre.

Elle ne piétine pas à toujours recommencer ; au contraire, elle se sent avancer et grandir un peu plus chaque jour...

 

 

 

Posté par mamitta à 06:37 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
21 avril 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : A E E E E I U L M N N P T T

adjectif-singulier : l'avant avant dernier

photos maud 054

La lutine s'ennuie dans sa tente, sa lampe est en panne !

Le lutin tente de cacher sa peine sous le pétale de la tulipe.

Le lapin et la taupe empilent des tas de terre, ils peinent sous la pluie !

Le milan plane une ultime fois avant la tempête alpine.

Une ânesse têtue piétine sur le chemin de la plaine menant à Milan.

et de cinq...

Pauline et Annie se mettent d'accord et amènent le chien à leur tante.

L'aînée est une naine mutine qui peint dès le matin.

Ma gentille tantine Paulette a la manie de toujours poser son châle de laine sur une seule épaule.

D'un geste ample, Mulan dépose la tuile latine sur le métal.

Pendant son voyage au Népal, Paule sortit sa lunette pour admirer la lune pleine au-dessus d'un temple.

et de cinq...

Etienne n'a pas menti : il fallait bien qu'il tienne la garde toute l'antépénultième nuitée.

Une plainte ténue lui échappe lorsque les autres lui intiment l'ordre de prendre la plume avec plus de talent.

Il peut être utile d'avoir un mental d'acier et la tenue adéquate pour descendre la pente sur un seul patin !

Pour la énième et ultième (?) phrase, je reste en apnée parce que je me suis écorchée à l'épine d'une drôle de plante.

J'ai sorti tous ces mots de ma malette (la mienne ou la tienne ?) la plume alerte pour une production intime qui vous a certainement saoûlés...

et de cinq...

C'était tentant... mais j'ai gagné la palme des phrases les plus remplies de néant de toute la planète et, encore, je n'ai pas réussi à placer tous les mots trouvés... et me voici certainement punie en perdant votre attention bienveillante.

20190417_103918

Joyeuses Pâques

Posté par mamitta à 06:35 - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :
14 avril 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : A A E E I U N Q R R S T T

adjectif : qui a coutume de fanfaronner

 

Tristan est un artiste dont l'inspiration s'était brusquement tarie. Esquinté autant par une maladie des reins que par les soucis financiers (en fait, il était totalement ruiné) il décida d'aller passer quelques nuitées chez sa tante, la soeur aînée de sa mère, qu'il n'avait pas vue depuis... trente ans !

En descendant du train, il aperçut quelques rares voyageurs sur les quais ensoleillés de la petite gare. Il n'alla pas d'une traite chez la vieille dame, ne voulant pas risquer de lui imposer d'emblée ses états d'âme.

1-2-917eb

Il longea les ruines antiques, s'arrêta devant un grand bassin où folâtraient de belles truites, traîna un peu devant une statue de titan tirant à l'arc...

375px-Tiers-état

Il arriva enfin devant le quarante-quatre rue Tiers Etats. Sa tante l'accueillit joyeusement. Quel personnage ! Les cheveux teints de différentes couleurs, les bras chargés d'une quantité incroyable de bracelets multicolores eux aussi... Elle le serra furtivement dans ses bras et le taquina gentiment sur son air triste.

Elle lui annonça tout de suite qu'elle n'était pas la reine de la cuisine et que, de plus, elle ne raterait pour rien au monde une occasion d'aller au restaurant. D'autant que, ce soir, elle n'aurait que des tartines à lui proposer. Elle l'envoya tout d'abord se raser et tenter de se vêtir plus correctement.

Quant à elle, elle alla dans la serre finir de renouveler le terreau de quelques pots. Ensuite, elle quitta son tablier et ses gants pleins de terre, sans oublier de remettre à l'équerre ses outils.

Trois quarts d'heure plus tard, ils étaient installés devant un excellent repas. Pour elle, pas question de se taire en mangeant : elle tenait à rattraper le temps perdu. Elle parlait aussi avec les mains et faisait tinter ses bracelets. Le repas s'étira... Tristan s'amusait beaucoup de sa façon tartarinesque de raconter les choses tout en veillant à ne pas nuire à autrui, surtout à sa soeur  car elles étaient très unies.

Entre le bon repas et la bonne humeur de sa tante, Tristan se sentit tout à coup libéré de ses angoisses. Il comprit qu'il se sentirait mieux en restant auprès d'elle quelque temps.

butternut-tarte

Après une délicieuse tarte tatin, elle l'emmena par un ancien petit sentier d'âniers, très bien entretenu et aménagé d'aires de repos confortables.

stere-de-bois

Une fois rentrés, il l'aida à finir de ranger une stère de bois. Ensuite, elle se mit en quête d'un tas de vieux journaux qu'elle voulait trier avec lui pour ne conserver que les titres importants. Ils y passèrent un bon moment tout en commentant les événements. Finalement, ils avaient rempli un carton entier avant de penser au dîner. 

i127850-

Ils s'installèrent alors à tartiner tout en savourant une bonne bière.

 

 

images du net : clic

Posté par mamitta à 07:20 - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
07 avril 2019

Jeu de lettres chez Lady Marianne

Lady Marianne donne le jeu le lundi et on publie le dimanche.

102763209_o

Avec les lettres proposées, il faut faire des mots de 5 lettres au moins, et au moins 5 mots, puis les inclure dans un texte (sur le sujet, mais ce n'est pas obligatoire ) Si on ne fait pas de texte, il faut trouver le plus de mots possible.

cette semaine : E E E I I O U H H L M P P Q S T

adjectif : personne habile, froidement ironique et méchante

 

Après la tempête, le beau temps semble enfin revenu. Il y a toujours une forte houle autour des îlots mais la pluie a cessé.

les-poules-en-groupe-peuvent-etre-agressives-et-se-defendre-contre-des-intrus-qui-les-menacent

Dans la ferme, les poulies du puits se balancent encore au vent d'ouest. Louise, l'épouse du fermier, équipée d'un piquet attrapé à la va-vite, rassemble poules et poulets échappés de la basse-cour. Elle peste tant et plus, supplie le dieu des fermes de la libérer de ce peuple à plumes qui empeste et qui l'épuise.

mulet

Une fois le loquet tiré derrière la volaille, son épopée n'est pas terminée pour autant puisqu'elle doit aller chercher les mulets dans le pré. Le huitième, en quête d'abri, s'est posté si près de la haie qu'on le dirait moulé dedans. Ce n'est pas simple de le faire sortir de là ! Pliée en deux, le vent en poupe, elle les pilote tous sans trop de mal finalement et ils restent muets pour une fois.

Enfin posée dans sa cuisine, non loin du poêle, telle une poupée de chiffon, elle souffle un peu. Un hoquet violent la surprend mais elle n'y prend pas garde. Elle rêve de pouvoir prendre sa toile et sa loupe à broder ou ses aiguilles et ses pelotes... Mais son temps est trop limité avant le retour de son mari. Déjà loin d'être un poète en temps ordinaire, à son retour de la poste et du centre des impôts il va tout de suite attaquer sur un thème de politique, développant la thèse du "tout fout le camp" mais sans oublier de réclamer la soupe. Il l'interrogera sur son emploi du temps de la matinée pour savoir si elle a optimisé son travail et fera des commentaires pas vraiment polis... Elle en a assez qu'il lui impose tant de travail et se moque d'elle la moitié du temps.

Mais que fait-elle donc avec cet homme méphistophélique ?

Ouste, toutes peurs et fatigue chassées, enfin optimiste, elle n'hésite pas un instant : elle a atteint ses propres limites ! Elle part vite prendre quelques affaires et...

Non, elle ne s'enfuit pas : elle part réaliser ses rêves...

 

 

photos du web : clic

Posté par mamitta à 06:40 - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags :