30 octobre 2017

Quelques lectures

Cela fait longtemps que je ne vous ai pas parlé de mes lectures... En fait, je lis très peu... seulement quand je voyage ou... que je suis malade comme les jours derniers ;-)

Alors, je vais vous présenter ce que j'ai dévoré 

je laisse les lectures inintéressantes de côté

Quand-sort-la-recluse

- Trois morts, c'est exact, dit Danglard. Mais cela regarde les médecins, les épidémiologistes, les zoologues. Nous, en aucun cas. Ce n'est pas de notre compétence. - Ce qu'il serait bon de vérifier, dit Adamsberg. J'ai donc rendez-vous demain au Muséum d'Histoire naturelle. - Je ne veux pas y croire, je ne veux pas y croire. Revenez-nous, commissaire. Bon sang mais dans quelles brumes avez-vous perdu la vue ? - Je vois très bien dans les brumes, dit Adamsberg un peu sèchement, en posant ses deux mains à plat sur la table. Je vais donc être net. Je crois que ces trois hommes ont été assassinés. - Assassinés, répéta le commandant Danglard. Par l'araignée recluse ?

A dévorer sans modération !!!

Mais il faut connaître l'évolution de Danglard pour apprécier, je pense. Donc, je conseille de (re)prendre la série : soit vous n'aimez pas et ne rentrez pas dans cet univers, soit vous aimez et vous ne lâchez plus cet étrange inspecteur et son équipe !

 

102935217_o

Tout commence par les lettres que s'envoient deux femmes très différentes : Sara Lindqvist, vingt-huit ans, petit rat de bibliothèque mal dans sa peau, vivant à Haninge en Suède, et Amy Harris, soixante-cinq ans, vieille dame cultivée et solitaire, de Broken Wheel, dans l'Iowa. Après deux ans d'échanges et de conseils à la fois sur la littérature et sur la vie, Sara décide de rendre visite à Amy. Mais, quand elle arrive là-bas, elle apprend avec stupeur qu'Amy est morte. Elle se retrouve seule et perdue dans cette étrange petite ville américaine. Pour la première fois de sa vie, Sara se fait de vrais amis - et pas uniquement les personnages de ses romans préférés -, qui l'aident à monter une librairie avec tous les livres qu'Amy affectionnait tant. Ce sera pour Sara, et pour les habitants attachants et loufoques de Broken Wheel, une véritable renaissance. Et lorsque son visa de trois mois expire, ses nouveaux amis ont une idée géniale et complètement folle pour la faire rester à Broken Wheel.

Une belle histoire d'amitié... ou comment les livres peuvent être de délicieux médiateurs pour se faire accepter et pour tisser de très beaux liens humains

 

51oyib11

En 1838, dans l’Ohio, les fièvres ne font pas de cadeau. À chaque début d’hiver, James Goodenough creuse de petites tombes en prévision des mauvais jours. Et à chaque fin d’hiver, une nouvelle croix vient orner le bout de verger qui fait péniblement vivre cette famille de cultivateurs de pommes originaires du Connecticut. Mais la fièvre n’est pas le seul fléau qui menace les Goodenough : l’alcool a fait sombrer Sadie, la mère, qui parle à ses enfants disparus quand elle ne tape pas sur ceux qui restent ; les caprices du temps condamnent régulièrement les récoltes de James, et les rumeurs dont bruisse le village de Black Swamp pointent du doigt cette famille d’étrangers. 
Des années plus tard, Robert a quitté l’Ohio pour tenter sa chance dans l’Ouest. Il sera garçon de ferme, mineur, orpailleur, puis il renouera avec l’amour des arbres que son père lui a donné en héritage. Au fin fond de la Californie, auprès d’un exportateur anglais fantasque, Robert participe à une activité commerciale qui prendra bientôt son essor : il prélève des pousses de séquoias géants pour les envoyer aux amateurs du Vieux Monde. De son côté, pendant toutes ces années, Martha n’a qu’un rêve, traverser les États-Unis à la recherche de son frère. Elle a un lourd secret à lui faire partager.

Tout tourne autour des arbres, du verger de pommiers si difficiles à faire pousser aux séquoias géants de l'Ouest américain... 

La première partie est très dure... la vie de certains pionniers n'était vraiment pas facile ! 

Puis la découverte des arbres de l'Ouest et la recherche pour les envoyer en Angleterre est passionnante...

 

FILLE-DE-BROOOKLYN_CV-704x1024

Je me souviens très bien de cet instant. Nous étions face à la mer. 
L’horizon scintillait. C’est là qu’Anna m’a demandé :

« Si j’avais commis le pire, m’aimerais-tu malgré tout ? »

Vous auriez répondu quoi, vous ?
Anna était la femme de ma vie. Nous devions nous marier dans trois semaines. Bien sûr que je l’aimerais quoi qu’elle ait pu faire.
Du moins, c’est ce que je croyais, mais elle a fouillé dans son sac d’une main fébrile, et m’a tendu une photo.
– C’est moi qui ai fait ça.
Abasourdi, j’ai contemplé son secret et j’ai su que nos vies venaient de basculer pour toujours.
Sous le choc, je me suis levé et je suis parti sans un mot. Lorsque je suis revenu, il était trop tard : Anna avait disparu.
Et depuis, je la cherche.

C'est  tordu à souhait : on ne peut que se laisser prendre !

 

518ZHszZ3CL

Tout commence par un attentat à la sortie d’une messe. Le narrateur était là. Il a tout vu. Et davantage encore.
 
Il possède un don unique : voir à travers les visages et percevoir autour de chacun les êtres minuscules – souvenirs, anges ou démons – qui le motivent ou le hantent.
 
Un sage qui déchiffre la folie des autres ? Son investigation sur la violence et le sacré va l’amener à la rencontre dont nous rêvons tous…

Un roman philosophique tout à fait de circonstance

Et si Dieu n'était qu'un écrivain... qui n'a pas su se faire comprendre à travers ses trois livres ?

A lire, jusqu'au dernier mot, qui est un clin d'oeil au lecteur

Posté par mamitta à 06:56 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :

02 août 2016

Un des plaisirs des vacances

demain

Elle est son passé…  … il est son avenir.

Emma vit à New York. À 32 ans, elle continue de chercher l’homme de sa vie. Matthew habite à Boston. Il a perdu sa femme dans un terrible accident et élève seul sa fille de quatre ans. Ils font connaissance grâce à Internet et bientôt, leurs échanges de mails les laissent penser qu’ils ont enfin droit au bonheur. Désireux de se rencontrer, ils se donnent rendez-vous dans un petit restaurant italien de Manhattan. Le même jour à la même heure, ils poussent chacun à leur tour la porte du restaurant. Ils sont conduits à la même table et pourtant… ils ne se croiseront jamais.

Jeu de mensonges ? Fantasme de l’un ? Manipulation de l’autre ? Victimes d’une réalité qui les dépasse, Matthew et Emma vont rapidement se rendre compte qu’il ne s’agit pas d’un simple rendez-vous manqué…

Musso, quoi ! Une bonne lecture de vacances...

 

9782221127087

Un matin, très tôt. Le téléphone sonne. Blanche n'aime pas ça : les coups de fil au petit matin n'annoncent jamais rien de bon. Cette fois, pourtant, c'est une bonne nouvelle : Violette a accouché dans la nuit d'un petit garçon. Blanche est bouleversée : elle ne savait même pas que sa fille était enceinte. Et puis un garçon, le premier au bout de cette lignée de filles, quelle histoire... Dans le train qui la mène de Toulouse vers Paris, le trac au coeur, Blanche relit les carnets de moleskine destinés à Violette ou, remontant le temps, elle a essayé de se souvenir de tout, tout ce qu'elle peut lui dire d'elles. Mais Violette l'attend-elle encore au bout de ce chemin à la fois heureux et cabossé ?
Portés par une écriture ultrasensible, ou sous l'apparente douceur du cocon familial gronde la violence des sentiments, on est entraînés dans l'histoire de Blanche, celle de quatre générations de femmes, des années 1950 à nos jours. De la minuscule bicoque d'un petit village des Pyrénées aux ateliers de la maison Balaguère, haute couture, à Toulouse, Blanche recrée ce petit monde que les accidents de la vie, et certains choix, ont rendu presque exclusivement féminin. Il y a d'abord Anna, la grand-mère, qui a élevé ses trois petites-filles, Angèle, Justine et Babé, tôt privées de mère. Angèle, la mère de Blanche, la magnifique, brillante et si fragile Angèle, journaliste àLa Dépêche du Midi ; Justine l'indépendante, la féministe, la couturière aux doigts de fée qui, partie de rien, va créer sa propre maison et devenir la coqueluche des élégantes Toulousaines ; la douce et vaillante Babé, pilier de cette famille bien peu conventionnelle dans laquelle grandit Blanche. Sans père (il est mort avant sa naissance) mais avec trois mères, avant de devenir, à son tour, la mère sans homme de Violette...
Chaleureux et coloré comme une promenade dans la Ville rose (ou comme une collection de Justine...), le roman de cette tribu de femmes émancipées avant l'heure explore avec autant de tendresse que d'acuité toute la complexité des liens maternels.

De mère en fille, puis petite-fille... Un roman féminin prenant. A lire !

 

97822211080249782221120521

Tout semblait préparer Sylvestre à reprendre l'’entreprise familiale Neyrat et fils, bottiers prospères à Tulle. Mais le jeune homme décide, le jour de ses dix-sept ans, de donner une autre dimension à son destin et part à l'’assaut de la capitale... Là, il découvre le cinématographe et c'’est la révélation : il sera reporter.
Il va alors devenir le pionnier d’'une des aventures les plus excitantes du XXe siècle naissant, fournissant des images merveilleuses à un public avide : l’'ouverture du canal de Panamá, le Chili, les Grands Lacs. L'’Amérique, loin de sa Corrèze natale, l’'éblouit et le charme. D’'autant plus que l’'amour s’'en mêle avec la rencontre d'’une jeune Américaine aussi aventurière et intrépide que lui...

Je suis assez fan de l'écriture de Claude Michelet : une belle langue, une histoire qui nous parle de notre Histoire.

Le hasard a fait qu'au moment de lire ces livres, j'ai aussi eu l'occasion de revoir

19250311

un très beau film (documentaire ?) sur la vie des colporteurs au 19 ème siècle. Métier que Sylvestre pratique avant d'aller tenter sa chance à Paris.

 

village_si_paisible

1939 : l’entrée en guerre de la France va venir troubler la tranquillité et la sérénité séculaires de Saint Michel de Chabrillanoux, ce paisible village ardéchois accroché à flanc de montagne. C’est ainsi que Philémon (le maire), sa famille et tous les habitants devront faire face à des évènements qu’ils n’auraient jamais imaginés quelques mois auparavant. Entre le 25 décembre 1939 et le 8 mai 1946, la « Drôle de guerre », l’expédition de Norvège, l’accueil des réfugiés, la débâcle, Pétain, le   rationnement, les Chantiers de Jeunesse, la chasse aux juifs, l’occupation de la zone libre, le S.T.O., la répression, la Résistance, le débarquement et enfin la Libération   rythmeront leur vie quotidienne jusqu’à l’avènement d’une ère nouvelle, porteuse d’espoirs. L’histoire débute donc le 25 décembre 1939 ; autour de la table de Philémon et Victorine « … le coeur n’était pas à la fête étant donné que depuis septembre, à chaque repas trois chaises demeuraient désespérément vides, celle de Gaston, Marcel et Edouard, mobilisés comme tous leurs camarades… »  Dans cette fiction sur les années noires se côtoient les rires et les larmes. Au fil des pages, à travers maintes aventures et anecdotes, vous découvrirez des personnages hauts en couleurs et une communauté villageoise qui a surmonté l’adversité, en faisant contre mauvaise fortune bon cœur.

Une page d'histoire d'une commune voisine de la nôtre que je ne connaissais absolument pas. Une écriture un peu linéaire, comme souvent les romans du "terroir", mais une histoire passionnante.

 

du_bonheur_poche-250x400

Qu’entendons-nous par « bonheur » ? Dépend-il de nos gènes, de la chance, de notre sensibilité ? Est-ce un état durable ou une suite de plaisirs fugaces ? N’est-il que subjectif ? Faut-il le rechercher ? Peut-on le cultiver ? Souffrance et bonheur peuvent-ils coexister ?

Pour tenter de répondre à ces questions, Frédéric Lenoir propose un voyage philosophique, joyeux et plein de saveurs. Une promenade stimulante en compagnie des grands sages d’Orient et d’Occident.
Où l’on traversera le jardin des plaisirs avec Épicure. Où l’on entendra résonner le rire de Montaigne et de Tchouang-tseu. Où l’on croisera le sourire paisible du Bouddha et d’Épictète. Où l’on goûtera à la joie de Spinoza et d’Etty Hillesum. Un cheminement vivant, ponctué d’exemples concrets et des dernières découvertes des neurosciences, pour nous aider à vivre mieux.

Une promenade simple, claire et si enrichissante !

Merci à Frédéric Lenoir de savoir nous rendre intelligents !

 

9782070461448-180x297

«Peu importait le fond pour Guylain. Seul l'acte de lire revêtait de l'importance à ses yeux. Il débitait les textes avec une même application acharnée. Et à chaque fois, la magie opérait. Les mots en quittant ses lèvres emportaient avec eux un peu de cet écoeurement qui l'étouffait à l'approche de l'usine.»

Employé discret, Guylain Vignolles travaille au pilon, au service d'une redoutable broyeuse de livres invendus, la Zerstor 500. Il mène une existence maussade mais chaque matin en allant travailler, il lit aux passagers du RER de 6h27 les feuillets sauvés la veille des dents de fer de la machine ...
Dans des décors familiers transformés par la magie des personnages hauts en couleurs, voici un magnifique conte moderne, drôle, poétique et généreux : un de ces livres qu'on rencontre rarement.

Coup de coeur, à lire absolument !

 

Et vivent les vacances qui permettent de lire...

Posté par mamitta à 20:13 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
12 février 2016

Partage

9782714454157 

États-Unis, années 1940. Glory, enceinte et déjà mère d'un petit garçon, souffre de l'absence de son mari, parti au front, de l'autre côté de l'Atlantique. À des centaines de kilomètres d'elle, Rita, femme et mère de soldat également, n'a pour compagnie que la fiancée de son fils. Une lettre, envoyée comme une bouteille à la mer, va les réunir. Entre inconnues, on peut tout se dire. Les angoisses, l'attente des êtres aimés, mais aussi les histoires de voisinage, les secrets plus intimes et les recettes de cuisine. Les petites joies qui font que, dans les temps les plus difficiles, le bonheur trouve son chemin.

Je le lisais déjà quand je vous parlais de ma PAL en septembre.... J'ai mis deux mois à le lire... Simone l'a dévoré, elle !

Intéressant (roman "historique", sans "héros" ) bien écrit (mais le style épistolaire a fini par me lasser... et surtout les recettes) touchant (une très belle histoire d'amitié et de solidarité féminines)

A vous de vous faire un avis...

 

51H3HYUowaL

Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Il était dans ma PAL aussi.

Si lutine-aînée a beaucoup pleuré, j'ai été très émue de partager le quotidien de futures petites étoiles : l'amitié et la solidarité, l'amour familial, l'incompréhension du monde extérieur parfois, la bataille et l'espoir, l'humour...

Il m'a redonné l'envie de lire.

A lire avec nos ados... ou seul

 

9782714454430

Geniver n’a jamais fait le deuil de sa fille, disparue à sa naissance il y a huit ans. Mais fissuré par le doute, le souvenir de cette séparation tragique laisse place à l’espoir. Prête à tout pour revoir son enfant, Geniver décide de mener l’enquête… 
Entre effroi et incompréhension, Geniver se retrouve seule face au danger. Les indices sont troublants et la vérité qui se dessine… glaçante.

Vraiment tordu au départ, je me suis demandé où allait cette maman désenfantée, entre folie et espoir.

Plein de fausses pistes, un roman diabolique prenant.

 

518VrqhWqsL

Tom, un jeune peintre qui rêve d être enfin reconnu, réussit à se faire inviter à une soirée de gala en l'honneur du grand artiste Gaylor. Il espère pouvoir lui montrer son travail. Intimidé par le grand homme, il n'ose pas l'aborder et pénètre comme un voleur dans le bureau du maître. Il tombe sur un cadavre et prend ses jambes à son cou. Mauvaise idée. L'inspecteur Galtier, chargé de l'enquête, trouve cette attitude bien suspecte et s'est juré de faire inculper ce petit peintre médiocre.

Premier roman de Fred Vargas, je n'en avais jamais entendu parler. Il y a bien le style particulier Vargas, mais pas encore la maturité des personnages.

A découvrir seulement si on est fan de cet auteure.

 

1540-1

Ce sera Antoine. Sophie en est sûre. Le voyage en Italie, la bague de fiançailles, l’appartement propret, la présentation aux parents, et dans un an le premier de leurs trois enfants… Sophie veut le meilleur, et bien plus encore. Elle veut de l’aventure, de la folie, du Septième Ciel… Comment trouver le bonheur quand on a vingt ans et envie de dévorer la vie ?

Là aussi, un premier roman dont on n'entend pas parler. Où il faut savoir vivre pour et avec soi pour grandir et trouver le bonheur

Je dirais "bof", une lecture estivale...

 

delerm

Elles sont nombreuses, les belles raisons d’habiter sur terre. On les connaît, on sait qu’elles existent. Mais elles n’apparaissent jamais aussi fortes et claires que lorsque Philippe Delerm nous les donne à lire.
Goûter aux plaisirs ambigus du mojito, se faire surprendre par une averse et aimer ça, contempler un enfant qui apprend à lire en bougeant imperceptiblement les lèvres, prolonger un après-midi sur la plage...
« Est-ce qu’on est plus heureux ? Oui, sûrement, peut-être. On a le temps de se poser la question. Sisyphe arrête de rouler sa pierre. Et puis on a le temps de la dissiper, comme ce petit nuage qui cachait le soleil et va finir par s’effacer, on aura encore une belle soirée. »

Délicieuse lecture, où chacun retrouvera un instant banal de sa vie...

Merci Marie-Pierre pour ce cadeau

Un extrait signifiant pour moi :

La voix qu'on cherche à retrouver en nous de ceux que nous avons aimés. Jamais leur voix dans l'absolu : seulement liée à certaines phrases, parfois les plus banales, mais dont la musique revenait souvent. Parfois cette douloureuse injustice d'entendre des voix qui nous étaient presque indifférentes, et l'impossibilité de redonner musique à celles que nous aimions le plus.

 

Posté par mamitta à 07:42 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
11 septembre 2015

Histoires de PAL

Je voulais vous parler de mes lectures estivales et je tombe sur un post de mamacat  au sujet des PAL.

Je reprends son jeu à ma façon... Moi, ce sera plus "Qu'avez-vous lu cet été ?"

 Avez-vous dans votre « Pile à lire » : 

★ un livre dont vous ne savez pas de quoi il parle ?

511rOJnC6OL Pour une fois, j'ai abandonné un livre... Impossible de rentrer dans cette histoire...

★ un livre depuis plus d’un an ?

téléchargement Cela fait plusieurs fois qu'il fait le voyage...

★ un tome 2 ?

97822211080249782221120521 1 et 2 voyagent aussi...

★ plusieurs livres d’une même série ?

nouveaux-departs Offert par soeur aînée pour mes vacances, 6 livres en un : un régal estival !

★ un classique ?

téléchargement (1) "classique" si on veut. Je voulais le lire depuis longtemps et quand j'ai trouvé une édition de 1916 sur une brocante (je suis fan de vieux livres) j'ai tout de suite craqué. Edifiant !

★ un livre qui vous fait très très envie ?

Mes copinettes Agnès, La lune en avril, Méli en présentent tant de tentants. Mais je ne les achète pas pour le moment... ma PAL est assez haute comme ça !

★ un livre que vous gardez pour une période précise (vacances, Noël) ?

9782845635401-626x1024 Il attendra bien encore les prochaines vacances...

★ un livre que avez prêté sans l’avoir lu ?

Voir "un tome 2"

★ un poche ?

téléchargement (2) Prêté par Simone cet été. Une découverte. Il donne envie de lire les autres...

★ un livre dont vous aviez complètement oublié l’existence ?

cvt_Les-ailes-de-lange_5165 Sombre, complexe mais prenant

★ votre prochaine lecture ? Promis, juré !

9782749135298 Il est là et sera ma prochaine lecture (achat du trimestre chez France Loisirs...)

★ un Pocket Jeunesse ?

Il y en a tant et tant ici... Mais on a plutôt relu les "J'aime lire" avec petit-fils-dernier-né cet été...

★ un livre que personne n’a aimé, du coup, vous avez moins hâte de le lire ?

1540-1Enfin, fille-cadette n'a pas franchement aimé... Il va attendre ici les prochaines vacances...

★ un livre que tout le monde a aimé, du coup, vous avez peur d’être déçu(e) ?

téléchargement (3) Et oui, j'avoue, je ne l'ai toujours pas ouvert...

★ un livre qui va être adapté au cinéma et que vous voulez absolument lire avant ?

téléchargement (4) Je sais, il est déjà adapté. Ni vu ni lu, j'attendais que lutine-aînée me le prête.

★ un livre avec une tranche rouge ?

1540-1 (1) Très décevant !

★ un livre de votre auteur préféré ?

téléchargement (5) Je vous en parlais . Trop trop bien, à quand le prochain ???

★ une suite de série mais avouez-le, vous ne vous souvenez plus de l’histoire des tomes précédents ?

Pas en ce moment...

★ un thriller ?

téléchargement (7) Pas de la grande littérature, mais j'aime bien...

★ un roman fantastique ?

Je ne lis pas ce genre-là (comme les BD... question d'éducation ?)

★ une dystopie ?

Mais c'est quoi ce gros mot-là ?

Ah, merci internet... "Une dystopie, également appelée contre-utopie, est un récit de fiction peignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur..."

Ben... non, ou il n'a pas été laissé ici par moi.

★ une romance ?

9782258080911 Vite lu...

★ un livre d’un auteur dont le nom de famille commence par C (oui, c’est très précis) ?

téléchargement (6) Offert par soeur-aînée l'été dernier, il attendra bien le suivant...

★ un livre qu’on vous a conseillé ?

105963386Il attendra le prochain voyage en train...

★ plusieurs livres d’un même auteur ?

Dans la bibliothèque d'ici, il y a les Madeleine Chapsal, Katherine Pancoll, Harlan Coben... mais tous déjà lus !

★ un livre avec le mot « secret » dans le titre ?

Voir plus loin...

★ le dernier livre que vous avez acheté ?

9782714454157 lecture en cours... (offert lors de l'achat de Un train en hiver )

★ un autre livre Pocket Jeunesse ?

Pourquoi deux fois la même question ?

Je ne l'ai pas relu, mais j'ai regardé "Les quatre filles du docteur March" avec les lutines cet été. Ah... souvenirs...

★ un livre que vous avez acheté pour sa couverture ?

le-secret-de-la-manufacture-de-chaussettes-inusables mais surtout pour son auteure ! Heu... pas encore acheté, mais j'ai hâte !

★ plus de livres que vous n’en lisez en un an ? (la question vaut cinq points).

Oh oui ...

Chaque réponse positive vaut un point, sauf la dernière qui en vaut cinq.

De 0 à 5 points : votre PAL est quasiment vide. Applaudissements, ola, standing ovation. Respect total.

De 5 à 15 points : vous gardez le contrôle. Vous savez vous montrer raisonnable. Félicitations !

De 15 à 25 points : vous accumulez les livres. Vous n’avez pas encore atteint une condition critique, mais vous avez de la lecture en prévision.

De 25 à 35 points : avouez, vous avez arrêté de compter les livres de votre PAL. 

 Pas besoin de compter : je suis sûrement à 35 !

Posté par mamitta à 07:10 - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :
19 juin 2015

Impossible de repousser

7776850183_la-couverture-du-nouveau-livre-de-fred-vargas

"Adamsberg attrapa son téléphone, écarta une pile de dossiers et posa les pieds sur sa table, s'inclinant dans son fauteuil. Il avait à peine fermé l'oeil cette nuit, une de ses soeurs ayant contracté une pneumonie, dieu sait comment. La femme du 33 bis ? demanda-t-il. Veines ouvertes dans la baignoire ? Pourquoi tu m'emmerdes avec ça à 9 heures du matin, Bourlin ? D'après les rapports internes, il s'agit d'un suicide avéré. Tu as des doutes ? Adamsberg aimait bien le commissaire Bourlin. Grand mangeur grand fumeur grand buveur, en éruption perpétuelle, vivant à plein régime en rasant les gouffres, dur comme pierre et bouclé comme un jeune agneau, c'était un résistant à respecter, qui serait encore à son poste à cent ans. Le juge Vermillon, le nouveau magistrat zélé, est sur moi comme une tique, dit Bourlin. Tu sais ce que ça fait, les tiques ?".

 

Je voulais attendre les vacances pour le lire.

Mais impossible de résister tant j'aime Fred Vargas (et surtout le commissaire Adamsberg)

Méfiez-vous... c'est du lourd :

toujours bien écrit, très documenté, moins fouillis, plus ouvert sur toute l'équipe, mais toujours aussi improbable

Passionnant, quoi !

A lire absolument 

Posté par mamitta à 07:16 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

11 juin 2015

Un peu de tout

L_immeuble_des_femmes_qui_ont_renonce_aux_hommes_poster

Les hommes sont omniprésents dans cet immeuble de femmes... dans leurs nostalgies, leurs blessures, leurs colères et leurs désirs enfouis. Cinq femmes d'âges et d'univers différents unies par un point commun fort : elles ne veulent plus entendre parler d'amour et ont inventé une autre manière de vivre ... Jusqu'au jour où une nouvelle locataire vient bouleverser leur quotidien. Juliette est séduite par leur complicité, leur courage et leurs grains de folie. Mais elle, elle, n'a pas du tout renoncé ! Et elle le clame haut et fort. Va-t-elle faire vaciller les belles certitudes de ses voisines ? 

Entre humour et gravité

On s'attache à ces femmes-là

Bonne lecture pour cet été

 

51dTcKIMJYL

Pétronille Pignon vient de fêter ses 47 ans. Vieille fille, elle habite seule à Paris, dans un bel appartement du 16e arrondissement. Sa famille ? Des quémandeurs qui n’en veulent qu’à son argent. Ses connaissances ? Des râleurs. Ses voisins ? Des personnes infréquentables.
Bref, le niveau de tolérance de Pétronille Pignon est proche de zéro. Surtout, elle n’a besoin de personne pour se gâcher la vie ! Mais le coup bas est venu d’en haut, c’est-à-dire des chambres de bonnes.
Imaginez que dans son immeuble se sont installés une jeune Américaine et… un Mexicain. Un Mexicain !! Le pire, c’est que ces très chers voisins vont changer la vie de Pétronille, pour son malheur. Ou son bonheur ?

Entre humour et gravité aussi

Et si l'amour pouvait tout changer ?

A mettre dans son sac de plage

 

au-nom-du-pere-581700-250-400

Dans la famille Larcher, les enfants sont adultes mais tous gardent le même plaisir à se retrouver autour d'une grande tablée. Dan et Valentine ont hérité du virus de la course de leur père, Gabriel, ancien champion automobile, au grand dam d'Albane, leur mère. Nicolas en revanche a depuis longtemps tourné le dos à ce lourd héritage. Pour chacun d'entre eux, la vie s'offre sous un nouveau jour : auront-ils le courage de se lancer dans ces défis professionnels et amoureux ? Gabriel laissera-t-il ses enfants prendre leur envol ?

Ah, la famille ! et ses secrets...

Toujours bien vu, avec une belle écriture plaisante à lire

A mettre aussi dans sa valise d'été

 

9782330014926

Faisant suite à J’ai tué Schéhérazade et écrit avec la même verve, ce livre de Joumana Haddad dénonce le système patriarcal qui sévit dans le monde arabe et qui s’enracine dans les trois religions monothéistes. En discriminant la femme au sein de la famille et dans la vie sociale, ces religions n’ont pas seulement favorisé le machisme mais l’ont aussi institutionnalisé et sacralisé. Machisme qui, sous les apparences de la force, de la confiance en soi, de l’aplomb, de la fierté individuelle ou clanique, traduit au contraire un profond sentiment d’insécurité et des peurs irrationnelles.
En ce temps de grands bouleversements politiques dans cette région du monde, l’auteure insiste, en mariant confidences, réflexions, traits d’humour et échappées poétiques, sur cette idée que les luttes engagées ces deux dernières années pour la liberté et la dignité n’aboutiront à rien sans l’affirmation progressive d’une “nouvelle masculinité” arabe, c’est-à-dire sans l’établissement d’un rapport radicalement différent entre l’homme et la femme – et entre chacun d’eux et son propre corps.

Rien à voir avec les précédents : c'est du lourd

On peut être choqué par tant de virulence, contre le monothéisme entre autres, mais il faut le lire pour ce qu'il est : un témoignage qui prend aux tripes.

Super bien traduit par une amie, celle qui me l'a offert : la belle langue aide à lire

A vous de voir si vous acceptez d'être bousculé(e)...

 

cvt_La-femme-du-monstre_9319

Quand elle a épousé le monstre, elle n'avait que vingt-deux ans. Elle admirait sa force, son charme, n'en revenait pas qu'il ait pu la choisir, elle qui n'était pas belle, que personne n'avait jamais remarquée. Quand la police est venue arrêter le monstre, le pays tout entier s'est soudain intéressé à elle, une femme de trente-huit ans, ordinaire. Mais, entre les deux, il y a seize années de vie de couple, seize années durant lesquelles elle a été une mère dévouée, une épouse loyale, une bonne voisine, une femme sans histoire qui ne pouvait pas se douter. A moins que...

Récit à la première personne, la femme

Lecture dérangeante, et pas seulement pour ses scènes crues

Et si, très vite, on comprend qui est cette femme, on a besoin de savoir jusqu'où elle est allée et peut-être ira.

Peut-on tout accepter pour continuer à "paraître" ?

Il y a nettement plusieurs monstres dans cette histoire...

 

9782266220415

Iris a 36 ans et des idées noires plein la tête : ses parents viennent de disparaître dans un tragique accident et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et gris, elle songe même à en finir. Son regard se pose alors sur la devanture d'un café auquel elle n'avait jamais prêté attention auparavant. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, éveille sa curiosité. L'intérieur est plus intrigant encore, comme sorti d'un rêve. Tout y semble magique, à commencer par Luca, bel Italien porteur d'une promesse : le bonheur.
« Un roman qui sent le chocolat chaud et se lit comme un conte philosophique. » L'Est-éclair
« Magique ! Un petit livre de pensées positives et de poésie. Un vrai roman pour se faire du bien. » Metro (Belgique)

Très beau conte, qui se dévore d'une traite

Un régal 

 

baiser

Un inventeur-dépressif rencontre une fille qui disparaît quand on l’embrasse. Alors qu’ils échangent le plus petit baiser jamais recensé, elle se volatilise d’un coup. Aidé d’un détective à la retraite et d’un perroquet hors du commun, l’inventeur se lance alors à la recherche de celle qui « fait pousser des roses dans le trou d’obus qui lui sert de cœur ». Ces deux grands brûlés de l’amour sauront-ils affronter leurs peurs pour vivre leur histoire ? Le plus petit baiser jamais recensé, est un vrai faux polar romantique. Suite métaphorique de La Mécanique du cœur, ce roman teinté de mélancolie regorge de gourmandise explosive. Comme si Amélie Poulain dansait le rock’n’roll et croisait le Petit Prince avec un verre de whisky.

Cela aurait pu être plaisant... 

Quelques belles inventions linguistiques...

Je ne suis pas du tout sensible à ce type de "poésie"

Posté par mamitta à 07:37 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
19 mars 2015

Des nouvelles de ma PAL

Des lectures très variées pendant ces trois derniers mois

26_1474449

La maison familiale au Maroc, lieu de l'enfance et des souvenirs, elle n'y passait plus que des vacances... Rosa l'a quittée il y a vingt ans pour faire un beau mariage en métropole, au milieu des années cinquante, au moment où l'Histoire a changé la donne. Alors quand Egon, son second père, meurt, ce retour aux sources ne peut être que bouleversant. Chaque objet échangé avec sa vieille nourrice ou sa volubile marraine, réveille un nouveau fantôme. Face au passé, à ce deuil qui fait écho à d'autres deuils, à la transmission inattendue de secrets de famille, ce sont ses propres choix de vie qu'elle va comprendre peu à peu et remettre en question...

Une histoire de femme(s), d'origine(s), d'enfance et de fidélité dans un pays chaud, lumineux....

une belle écriture

J'ai beaucoup aimé.

 

9782253194996-T

Comment fabrique-t-on les mots ? Jeanne, l'héroïne de La grammaire est une chanson douce, a sa méthode : pour expliquer, elle raconte. Il était une fois un dictateur qui trouvait son pays trop bavard. Il était une fois le Capitan, vieux navigateur et collectionneur de dictionnaires. Il était une fois deux sœurs virulentes, l'une aimant le grec et l'autre militante du latin. Il était une fois un trafiquant d'oiseaux rares. Il était une fois un café où les couples se réconcilient, au lieu de divorcer. Il était une fois une mine d'or abandonnée... Nous avons créé les mots. Et si les mots, à leur tour, nous inventaient ? E. O.

La Fabrique des mots clôt la balade d’Erik Orsenna au pays de la grammaire et du vocabulaire.

Orsenna travaille le français au corps, livre après livre, pour le rendre aimable à tous. Il a fabriqué son ouvrage tel un artisan. En un mot, c’est super. Philippe Trétiack, Elle.

Après La grammaire est une chanson douce, Les Chevaliers du Subjonctif,  La révolte des accents et Et si on dansait... on se lasse un peu... Je me demande toujours, en lisant ce genre de texte, à qui il s'adresse : aux enfants ? aux ados ? aux adultes ? ou... aux profs de français ?

Cela se lit vite. C'était bien de faire le tour....

 

9782228911870

Devenir grand-mère aujourd’hui, c’est se sentir habitée d’une énergie nouvelle, c’est vivre un « deuxième printemps ». C’est aussi, plus qu’on ne le croit, un moment de fragilité et de transformation intérieure, et la parole est capitale pour que chacun trouve sa place dans la famille : les grands-parents, les enfants devenus parents, les gendres, les belle-filles et, bien sûr, les petits-enfants. Les grands-mères d’aujourd’hui sont devenues des « passeuses d’histoires ». Quelles valeurs et quels secrets doivent-elles apprendre à transmettre à leurs petits-enfants pour les propulser dans la vie ?

Danièle Flaumenbaum a longtemps été gynécologue et acupunctrice. Elle est l’auteur du best-seller Femme désirée, femme désirante.

Vue à la télévision, aux Maternelles sur la 5, je me suis sentie concernée par la problématique des grands-mères d'aujourd'hui. Nous ne sommes pas comme nos mères ou nos grands-mères. Tout est allé très vite depuis mai 68, beaucoup est à (ré)inventer.

Mais quel beau rôle que celui de grand-mère !!! Quel bonheur !

Un livre à lire quand on est mère ou quand on devient grand-mère.

 

9782228906722

Une majorité de femmes souffrent - souvent sans le savoir - de ne pas avoir la vie sexuelle qu'elles souhaitent : être à l'aise avec les sensations, pouvoir les ajuster à celles du partenaire, bénéficier ainsi des vertus reconstituantes du partage amoureux.Au croisement de la gynécologie, de la médecine chinoise, de la psychanalyse et de l'approche transgénérationnelle, le docteur Flaumenbaum, gynécologue et acupunctrice, s'appuie sur plus de trente ans d'expérience pour expliquer comment les femmes d'aujourd'hui construisent leur sexualité, la place qu'y tient la mère, pourquoi le plaisir ou même le désir sont si peu souvent au rendez-vous, et comment faire pour y remédier.

Un livre qui devrait revigorer les hommes et dynamiser les femmes.

Quand fille-aînée m'a vue lire le précédent, elle m'a prêté celui-là.

Il y a des redites, bien sûr. Mais il est parfois utile de se répéter pour bien se faire comprendre. Transgénéalogie, médecine chinoise : des mots clairs pour approcher la construction de notre sexualité féminine, trop méconnue, peu ou mal enseignée...

Voilà un livre que toutes les femmes devraient lire !

 

9782709647588-G

Quel bonheur, la nuit venue, de se réfugier sous la couette ! À deux c'est encore mieux… Quoique...
Passée la séquence aveugle et sourde de la passion, celui ou celle qui chaque soir se glisse à la même place peut se révéler un redoutable ronfleur, un lutteur sournois jamais fatigué de tirer la couverture à lui ou, pire encore, un monstre aux pieds froids.
Conjugal – forcément conjugal – le lit fut longtemps le lieu consacré des moments essentiels d'une vie. On y naissait, on y mourait entouré des siens. Il révèle aujourd'hui les attentes contradictoires du couple qui aspire à un bien-être personnel sans renoncer pour autant à l'amour fusionnel. Comment trouver la bonne distance ?
Comment lire ou se relever à son gré sans gêner l'autre ? Le choix des chambres séparées est souvent mal compris de l'entourage et même de celui ou celle qui en subit la décision.
Spécialiste de l'intime et du quotidien, l'auteur fouille dans le secret des alcôves pour répondre à ces questions qui, pour être traitées ici avec légèreté, n'en suscitent pas moins une réflexion en profondeur.

Vu aussi aux Maternelles.

Partager le même lit ou... pas ? Dans la même chambre ou pas ? Petit, moyen, grand ou très grand le lit ? Même couette ou pas ? Faire toujours pareil, de la rencontre à la fin de vie (commune...) ?

Très intéressant de réfléchir à tout cela. Et... très intéressant de nous apporter l'historique du lit à... la fin du livre !

 

9782260021186

Depuis quelque temps, rien ne tourne plus rond dans la vie de Joséphine. D'abord, c'est son ex-mari, père de ses deux garçons, qui ne semble pas vraiment d'accord sur le sens à donner au mot « séparation ». Ensuite, c'est l'inspiration qui lui fait faux bond, au moment même ou son nouvel éditeur s'impatiente de lire son prochain livre pour enfants, peuplé comme toujours d'animaux malades. Et puis, ce matin-là, choisissant l'instant ou son banquier l'appelle (pour lui parler de son découvert), c'est son lave-vaisselle qui la lâche. Le début de la fin ? Ou bien... le début d'une nouvelle vie ?

Je voulais lire un lire de cette auteure et je voulais me détendre... La critique parle de mésaventures désopilantes... 

On frise parfois l'hystérie. Trop c'est trop tout de même. De plus, l'écriture est bien trop verbeuse.

Quelques passages intéressants, plus calmes, plus vrais. Mais que j'ai eu du mal à aller au bout ! (Vous savez abandonner un livre, vous ? Moi, pas)

 

 

9782265075047

Myron Bolitar ! Y en a pas deux comme lui. D'agent du FBI à agent sportif, la reconversion aurait dû être facile. Erreur. Son nouveau job n'est pas de tout repos non plus. Même le tennis peut s'avérer dangereux : toutes les balles ne sont pas amorties et certaines sont mortelles... C'est le cas pour Valérie Simpson, ex-star de la raquette, frappée en plein coeur au milieu des milliers de spectateurs de l'US Open. Myron devrait se contenter de la version officielle : "balle perdue". Sauf que la veille, Valérie a tenté de le joindre. A peine sortie d'un hôpital psychiatrique, que voulait-elle lui dire ?
Et c'est reparti ! Avec son vieux pote Win, dandy sans peur et sans scrupules, Myron monte au filet. Or, quand on a pour adversaires la Mafia et un sénateur ripou, le jeu est décisif...
Ah, plaisir garanti, sans prise de tête : les vacances, quoi !

Posté par mamitta à 07:24 - Commentaires [27] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2014

Match de la rentrée littéraire

Blog_LogoRentreeLitteraire2014_03

 

Parmi tous les livres proposés, j'ai été attirée par ce titre

lecercle-des-femmes

«Je rejoins Maman dans la maison fraîche. Elle poursuit son patient travail de tri : le tas des choses à jeter, le tas des choses à conserver, le tas des choses pour lesquelles on verra plus tard. Qu'est-ce qu'il m'a pris de me mettre à quatre pattes pour regarder sous la grande armoire ? Ma main a tiré à elle une énième boîte à chaussures. J'ai soufflé la pellicule de poussière qui recouvrait son couvercle avant de le soulever.»

Réunies durant quelques jours à la campagne à l'occasion des funérailles de leur aïeule et amie, quatre générations de femmes partagent leur intimité et leur deuil. La jeune Lia découvre par inadvertance un secret de famille jalousement gardé pendant soixante ans. Ces révélations risquent-elles de déclencher un cataclysme au sein de cette tribu très attachante ? Roman initiatique, Le Cercle des femmes explore avec délicatesse les mécanismes inconscients de transmission de mères en filles et nous offre une galerie de personnages aussi touchants que fantasques.

Chaque famille a son fantôme dans un placard. Quand on ouvre la porte, chacun(e) gère la découverte comme il(elle) peut.

Très intéressée par la psychogénéalogie, j'ai bien aimé suivre les conséquences de la découverte du secret de cette lignée exclusivement féminine, handicapée de l'amour. Pas seulement l'amour avec un homme, mais l'amour maternel et filial aussi.

Chaque chapitre s'attache à une des personnes de cette histoire. A l'homme aussi, celui qui est/serait à l'origine du secret ; au garçon qui naîtra ensuite ; à l'amie de toujours, qui a conservé toute sa vie le secret comme promis, malgré son désaccord. Elle dit cette belle phrase : " Je suis en discussion avec mes souvenirs." mais saura plus tard raconter et ouvrir la porte vers une possible compréhension.

Lia pourra écrire : " Peut-être est-ce cela, le pardon. Renoncer à réduire un être humain à une étiquette, à un trait unique de sa personnalité, à un moment singulier de son existence. L'accepter dans ses différentes facettes, les chatoyantes et les sombres. Lui accorder le crédit du changement dans d'autres lieux, avec d'autres gens, dans une autre histoire."

Que ça me parle...

 

Peut-être pas LE livre du siècle, mais une histoire intéressante, un texte bien construit, une écriture agréable.

Puisqu'il faut noter, je mets 4/5.

Et merci à Oliver Moss, de Priceminister pour sa confiance

 

Posté par mamitta à 07:35 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :
27 octobre 2014

Quand on voyage

par exemple vers le sud pour le mariage d'un filleul

bidouillages11

on peut écouter/regarder des pianistes dans les gares

et...

on peut lire dans le TGV

oeil du prince

Années 1980: Mélodie, une jeune Cannoise, commence son journal intime. 1964 : Yann, un Français habitant New York, semble avoir laissé sa vie derrière lui. Vingt ans plus tard à San Francisco, Benoît voit son couple se déliter alors même que sa carrière de pianiste connaît une envolée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, deux résistants, Alceste et Agnès se découvrent amoureux grâce à leur correspondance.
Celle-ci sera ouverte, un demi-siècle plus tard, par une vieille dame aux pensées habitées par les hommes qu'elle a aimés. Cinq voix s'élèvent à travers le temps et l'espace pour tenter de saisir leur chance, de comprendre leur vie, de mettre des mots sur le sentiment amoureux. Destin, hasard ou fatalité, un seul être peut savoir ce qui les lie : le lecteur.

Cinq textes, tels des nouvelles, sans rapport entre eux semble-t-il.

Puis, "l'oeil du prince" ("L’œil du Prince, c'est, dans un théâtre cet angle de vue permettant de visualiser la perspective du décor sans déformation. L'œil du prince permet de voir la salle de façon symétrique. Cette place de choix se situe aux environs du septième rang, au centre de la rangée".) éclaire le roman et donne envie de tout reprendre et pas forcément dans l'ordre pour mieux saisir ce qui relie tous ces personnages.

Les avis lus sur internet sont partagés, plutôt critiques. Personnellement, j'ai été prise par ce texte et ne peux que le conseiller.

Je remercie la chargée de communication des éditions J'ai lu de me l'avoir offert.

 

99626603

Ce roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : «C'est toute ma vie.»

Portrait saisissant d'une femme exceptionnelle, évocation d'un destin tragique, Charlotte est aussi le récit d'une quête. Celle d'un écrivain hanté par une artiste, et qui part à sa recherche.

Charlotte Salomon (1917–1943), Auto Portrait

 

 

Ecrit sous la forme d'un long poème, une écriture à la fois hâchée et fluide, cette biographie est prenante.

J'ai découvert cette artiste à la courte vie si tourmentée. et c'est une belle rencontre.

 

9782221146040

 Il était une fois...

Dans un royaume lointain, un jeune prince est victime d'un terrible sort : son coeur, enveloppé d'une gangue de cristal, ne peut ni vibrer ni aimer. Seul un feu d'amour brûlant permettrait de faire fondre le cristal et de libérer son coeur. Alors qu'il est en âge de se marier, et malgré tous ses efforts, aucune femme ne lui inspire cet amour. C'est ainsi qu'il décide de partir sur les routes du monde, à la recherche de celle qui le délivrerait du maléfice. Semée de bien des obstacles, sa quête l'amène à méditer sur le sens de la vie, mais aussi à découvrir le redoutable secret qui pèse sur sa naissance.

En conteur autant qu'en philosophe, Frédéric Lenoir se penche sur le coeur des hommes : siège de l'amour, siège aussi de la peine et du deuil. Un conte universel à destination des enfants, de leurs parents et de leurs grands-parents.

Une lecture agréable. J'ai toutefois été un peu déçue, j'attendais de Frédéric Lenoir que j'apprécie beaucoup quelque chose de plus fort...

 

Et maintenant, j'attends mon livre pour participer aux

Blog_LogoRentreeLitteraire2014_03

Posté par mamitta à 08:22 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
15 octobre 2014

Des nouvelles de ma PAL

En ce mois rose, un vieux livre relu avec émotion

trop vieux pour ne pas trouver la quatrième de couverture sur le net...

$T2eC16V,!ygE9s7HI7vRBR6ry4znDw~~60_35

ou comment un homme accompagne sa femme atteinte d'un cancer du sein, laquelle se bat avec énergie et beaucoup d'humour

 

le-confident

Au milieu des mots de condoléances qu’elle reçoit à la mort de sa mère, Camille découvre une étrange lettre envoyée par un expéditeur inconnu. Elle croit à une erreur mais, les semaines suivantes, une nouvelle lettre arrive, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés. Peu à peu, Camille comprend que cette correspondance recèle un terrible secret qui la concerne. Machination diabolique sur fond de Seconde Guerre mondiale, ce roman mêle récit historique et suspens psyhologique dans un scénario implacable.

Chaque famille a son fantôme caché dans un placard... Nous approchons celui-ci en découvrant les différents points de vue des protagonistes.

Une très belle écriture, un texte prenant

Posté par mamitta à 11:47 - Commentaires [11] - Permalien [#]
Tags :