30 juin 2020

Enfin !

Il était important de montrer notre soutien à nos cinémas de quartier

comme nous avons aussi montré celui à nos restaurants et cafés préférés, mais "chut!"

Des films que nous avions projeté de voir il y a des semaines

 

deux films militants à partir d'histoires vraies

dark_waters_affiche

Robert Bilott est un avocat spécialisé dans la défense des industries chimiques. Interpellé par un paysan, voisin de sa grand-mère, il va découvrir que la campagne idyllique de son enfance est empoisonnée par une usine du puissant groupe chimique DuPont, premier employeur de la région. Afin de faire éclater la vérité sur la pollution mortelle due aux rejets toxiques de l’usine, il va risquer sa carrière, sa famille, et même sa propre vie...

Très bien documenté, très prenant

Vous vous surprendrez à regarder votre verre d'eau du robinet ou votre poêle bizarrement

Peut-être un peu long mais un film à voir

 

images

Faits réels : lors des Jeux Olympiques d’Atlanta de 1996, un homme, Richard Jewell, agent de sécurité, parvient à donner l’alerte quant à la présence d’une bombe. S’il est trop tard pour déjouer l’attentat, son intervention permet d’éviter que le nombre de victimes ne s’accroisse. Au lendemain de l’explosion, encensé par le pays tout entier, le petit homme joufflu, agent de sécurité zélé, devient très vite le principal suspect du FBI, au motif que son profil coïncide avec une certaine typologie de poseur de bombes (« homme blanc moyen, frustré, souvent ancien de la police ou de l’armée, cherchant à attirer sur lui les lumières et la reconnaissance »). Les médias de masse s’en mêlent : c’est la curée. Entre enquête à charge et presse échevelée, c’est un parcours du combattant ubuesque qui attend Richard Jewell s’il veut obtenir la reconnaissance de son innocence.

Au-delà de la police qui se contente d'un coupable idéal, le jeu de la presse (et, aujourd'hui, il y aurait en plus le terrible jeu des réseaux sociaux) qui cherche à tout prix le sensationnel, la rapidité, l'exclusivité est superbement démontré.

Un homme et sa mère accusés, acculés, détruits pour rien

A voir avec nos jeunes pour en discuter sérieusement....

 

Plus drôle, quoique...

images (1)

Tenir son foyer et se plier au devoir conjugal sans moufter : c’est ce qu’enseigne avec ardeur Paulette Van Der Beck dans son école ménagère. Ses certitudes vacillent quand elle se retrouve veuve et ruinée. Est-ce le retour de son premier amour ou le vent de liberté de mai 68 ? Et si la bonne épouse devenait une femme libre ?

Est-ce réellement un temps révolu ?

Ah... les tenues de ces dames et demoiselles... les coiffures... que de souvenirs !

Ah... la scène de déclaration d'amour... celle qu'on n'oserait pas rêver...

En ce jour d'anniversaire de mariage, je la dédie avec ironie à celui qui a largué sans ménagement sa vieille épouse

Ah, le beau côté des manifs...

A voir pour passer un agréable moment

Posté par mamitta à 07:38 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

26 février 2020

Salles obscures de Lyon ou d'ailleurs

4130917

Rwanda, 1973. Dans le prestigieux institut catholique "Notre-Dame du Nil", perché sur une colline, des jeunes filles rwandaises étudient pour devenir l’élite du pays. En passe d’obtenir leur diplôme, elles partagent le même dortoir, les mêmes rêves, les mêmes problématiques d’adolescentes. Mais aux quatre coins du pays comme au sein de l’école grondent des antagonismes profonds, qui changeront à jamais le destin de ces jeunes filles et de tout le pays.

Ici, on voit le destin particulier des jeunes filles, même avant la haine raciale...

Des jeunes filles éduquées par des catholiques, des blancs et des noirs... Belle éducation pour faire une élite.

Malheureusement : où comment se voiler la face, ne pas prendre parti pour se protéger soi-même...

On connait la triste suite...

un film à voir

 

images

La paisible vie domestique de Buck, un chien au grand cœur, bascule lorsqu’il est brusquement arraché à sa maison en Californie et se retrouve enrôlé comme chien de traîneau dans les étendues sauvages du Yukon canadien pendant la ruée vers l’or des années 1890. Buck va devoir s’adapter et lutter pour survivre, jusqu’à finalement trouver sa véritable place dans le monde en devenant son propre maître…

Nous y sommes allées pour Harrison Ford... et nous avons aussi admiré Omar Sy et sa belle compagne

C'est bien l'histoire de notre enfance enfin, de la mienne, hein !

de vastes et beaux paysages... des chiens mi vrais, mi de synthèse si vivants...

des gentils, gentils et des méchants vraiment bêtes et méchants

Nous avons passé un très bon moment

Attention avec de jeunes enfants : les chiens sont réellement maltraités, c'est assez violent

Posté par mamitta à 08:29 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
11 février 2020

Quelques séances récentes

1363558

Rio de Janeiro, 1950. Euridice, 18 ans, et Guida, 20 ans, sont deux soeurs inséparables. Elles vivent chez leurs parents et rêvent, l’une d’une carrière de pianiste, l’autre du grand amour. A cause de leur père, les deux soeurs vont devoir construire leurs vies l’une sans l’autre. Séparées, elles prendront en main leur destin, sans jamais renoncer à se retrouver.

C'est une superbe reconstitution des années 50. Décors, costumes, belle image mais, surtout, tristes réalités de la condition féminine de l'époque : tout y est.

C'est triste à souhait... assez désespérant ou exaspérant...

la condition de la femme a-t-elle vraiment changé aujourd'hui partout ?

Mais c'est un très beau film ! 

 

images (1)

Maud Crayon, est née dans les Vosges mais vit à Paris.
Elle est architecte, mère de deux enfants, et remporte sur un énorme malentendu le grand concours lancé par la mairie de Paris pour réaménager le parvis de Notre-Dame…
Entre cette nouvelle responsabilité, un amour de jeunesse qui resurgit subitement et le père de ses enfants qu’elle n’arrive pas à quitter complètement, Maud Crayon va vivre une tempête.
Une tempête, qu’elle devra affronter pour s’affirmer et se libérer.

Le film oscille entre onirisme et caricature...

Pas déplaisant, parfois drôle même, mais un peu longuet

Attendre que cela passe à la télévision

 

4337141

Dans la belle maison familiale, à la fin de l’été, Aurore fête ses 70 ans, entourée de ses 4 enfants, tous venus pour l’occasion. Il y a là Jean-Pierre, l’aîné, qui a endossé le rôle de chef de famille après la mort de son père ; Juliette, enceinte de son premier enfant à 40 ans et qui rêve encore de devenir écrivain ; Margaux, l’artiste radicale de la famille, et Mathieu, 30 ans, angoissé de séduire la jolie Sarah.
Plus tard, un jour, l’un d’eux va prendre une décision qui changera leur vie…

Je me souvenais juste que le livre m'avait beaucoup plu et fait réfléchir

je-voudrais-que-quelqu-un-m-attende-quelque-part-777859

je dirais donc que cela n'a pas grand chose à voir avec le livre...

Une famille comme beaucoup, avec ses secrets et ses non-dits mais avec de la tendresse et une grande affection qui ne savent pas s'exprimer.

Je le déconseille à mes filles : quelle surprise et quelle douleur quand celui sur qui tout le monde s'appuie choisit son non-avenir...

Ce n'est pas LE grand film mais c'est un film intéressant

Posté par mamitta à 09:33 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
06 février 2020

Cycle de films "Regards oecuméniques"

Je n'ai pu assister qu'à deux séances de ce cycle 

qui se déroule dans un vieux cinéma de quartier dans le 6ème

photo-salle

 

dommage qu'il n'y vienne que des personnes d'un "certain âge"...

 

images

Chaque année pour l’Epiphanie, la communauté orthodoxe d’Europe de l’Est organise des lancers de croix en Bulgarie, en Russie, en Roumanie, en Serbie et en Macédoine. Bonheur et prospérité sont assurés à celui qui parvient à attraper la croix. En 2014, une femme a attrapé la croix dans la ville de Stip, à l’est de la République de Macédoine. La femme a tenu bon, mais a été traitée de folle et a provoqué un tollé dans le village. « Dieu existe, son nom est Petrunya » s’inspire de cette histoire. Petrunya n’a pas de travail, vit encore avec ses parents, n’est physiquement pas la plus belle et n’a jamais eu de relation. Mais son esprit est libre et un peu rebelle puisqu’elle osera plonger dans la rivière pour attraper la croix avant tous les autres hommes. Teona Strugar Mitevska décrit les comportements extrémistes qui vont découler de cet événement et la force d’une femme à prôner un constat qu’elle trouve juste. A ses côtés, une autre femme, une journaliste qui va chercher à médiatiser cette affaire pour que ce combat contre les discriminations soit un exemple. « Dieu existe, son nom est Petrunya » est un film fort, parfois drôle, mais surtout un coup de colère contre une société qui ne laisse pas de place aux femmes.

Je n'adhère pas à l'intégralité de cette critique mais elle présente bien le film.

Petrunya n'a pas choisi de plonger je pense. Elle a suivi une impulsion après avoir subi un nouvel affront d'importance.

 

La Macédoine du Nord : c'est où ??? C'est en Europe !!!

C'est le combat d'une femme non contre les hommes mais contre la tradition. Elle doit aussi se battre contre sa propre mère. Elle, sûrement la seule diplômée de son village, est affectivement très immature. Rien n'est projeté dans ses réactions, aucune revendication "féministe" mais elle tient bon, parce que c'est juste et elle le fait simplement pour elle-même.

L'attitude du prêtre est typique d'un monde ancré dans le machisme et dans la soumission à la hiérarchie (que pour garder son poste ? que dans l'église ?)

Un film un peu dur qui fait réfléchir

 

images (1)

Sibel, 25 ans, vit avec son père et sa sœur dans un village isolé des montagnes de la mer noire en Turquie. Sibel est muette mais communique grâce à la langue sifflée ancestrale de la région. Rejetée par les autres habitants, elle traque sans relâche un loup qui rôderait dans la forêt voisine, objet de fantasmes et de craintes des femmes du village. C’est là que sa route croise un fugitif. Blessé, menaçant et vulnérable, il pose, pour la première fois, un regard neuf sur elle.

Il y a d'abord l'originalité de ce village à l'est de la Turquie où l'on emploie une langue sifflée.

Enfin : tout le monde la connaît, la comprend. Mais seuls Sibel et son père l'utilisent au quotidien. Les femmes aînées du village ne l'utilisent que pour donner des ordres ou critiquer Sibel. 

Etre muette est considéré comme un handicap malfaisant par tous. Mais cela n'empêche pas les villageois de faire trimer Sibel toute la journée. Sa seule liberté, mais elle est de taille, c'est de ne pas être obligée d'être voilée... jusqu'à l'essai de mise au pas par son père pour garder le respect des villageois et son poste de maire.

En quête de reconnaissance, elle fait une belle rencontre mais découvre aussi la vérité sur le village...

Un très beau film, dans un cadre superbe

Posté par mamitta à 07:21 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
16 janvier 2020

Retour en arrière 5

Foi... croyances... convictions

des films forts

images (6)

Camille, 12 ans, passionnée de cirque, est l’aînée d’une famille nombreuse. Un jour, ses parents intègrent une communauté religieuse basée sur le partage et la solidarité dans laquelle ils s’investissent pleinement. La jeune fille doit accepter un mode de vie qui remet en question ses envies et ses propres tourments. Peu à peu, l’embrigadement devient sectaire. Camille va devoir se battre pour affirmer sa liberté et sauver ses frères et sœurs.

Une mère (Camille Cottin magnifique) totalement soumise à son gourou (Jean-Pierre Daroussin impressionnant)

un père inexistant qui se laisse manipuler

et une jeune adolescente (admirable Céleste Brunnquell !) partagée entre l'amour filial et l'amour fraternel

Et peu importe que cela se passe dans l'église catholique : cela aurait pu être n'importe quelle secte ou groupe idéologique extrémiste

Très fort

A voir absolument

 

images (7)

Inspiré de faits réels.
Franz Jägerstätter, paysan autrichien, refuse de se battre aux côtés des nazis. Reconnu coupable de trahison par le régime hitlérien, il est passible de la peine capitale. Mais porté par sa foi inébranlable et son amour pour sa femme, Fani, et ses enfants, Franz reste un homme libre. Une vie cachée raconte l'histoire de ces héros méconnus.

On ne parle assez de ces hommes, allemands ou autrichiens, qui ont refusé toute allégeance à Hitler et ont préféré mourir que de se battre

Et il n'y a pas que des "intellectuels" qui ont fait ce choix

Quelle force, quel amour, quel dialogue même au-delà des mots entre ces deux êtres simples

Des images magnifiques, des acteurs vrais

C'est un peu long mais il faut laisser le temps au temps pour réfléchir et accepter la douleur du choix

à voir si possible

 

images (8)

Partie en Mongolie chez des éleveurs de rennes pour enregistrer des chants traditionnels, Corine pensait pouvoir surmonter la mort de Paul, son grand amour. Mais sa rencontre avec la chamane Oyun bouleverse son voyage, elle lui annonce qu’elle a reçu un don rare et doit être formée aux traditions chamaniques. De retour en France, elle ne peut refuser ce qui s’impose désormais à elle : elle doit repartir pour commencer son initiation… et découvrir un monde plus grand. 

Une histoire vraie d'initiation chamanique que Cécile de France sait rendre palpable

les images : le ciel et les grands espaces de la steppe mongole, les rennes, les yourtes...

les personnages : les tsaatans éleveurs de rennes et leur chamane...

C'est beau, fort

à voir

 

images (9)

Daniel sort de prison où il était incarcéré depuis de longues années et retourne à Marseille. Sylvie, son ex-femme, l’a prévenu qu’il était grand-père : leur fille Mathilda vient de donner naissance à une petite Gloria.
Le temps a passé, chacun a fait ou refait sa vie… 
En venant à la rencontre du bébé, Daniel découvre une famille recomposée qui lutte par tous les moyens pour rester debout. Quand un coup du sort fait voler en éclat ce fragile équilibre, Daniel, qui n’a plus rien à perdre, va tout tenter pour les aider.

Ou quand la mouise est là et ne vous lâche pas...

Le synopsis parle de Daniel, mais ce n'est pas lui le héros

Pour moi, c'est la grand-mère, Ariane Ascaride, qui est au centre de cette famille, le lien essentiel

Un film très fort, qui fait réfléchir

Dommage qu'il y ait trop de sexe... et, pourtant, je ne suis pas prude

à voir

 

Posté par mamitta à 12:20 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

14 janvier 2020

Retour en arrière 4

images (3)

C'est le soir de Noël. Les parisiens les plus chanceux se préparent à déballer leurs cadeaux en famille. D'autres regardent la télévision seuls chez eux. D'autres encore, comme Serge, travaillent. Serge est le seul SOS-Médecin de garde ce soir-là. Ses collègues se sont tous défilés. De toute façon il n'a plus son mot à dire car il a pris trop de libertés avec l'exercice de la médecine, et la radiation lui pend au nez. Les visites s'enchaînent et Serge essaye de suivre le rythme, de mauvaise grâce, quand tombe l'adresse de sa prochaine consultation. C'est celle de Rose, une relation de famille, qui l'appelle à l'aide. Il arrive sur les lieux en même temps qu'un livreur Uber Eats, Malek, lui aussi de service ce soir-là...

Un peu poussif au début, et puis le duo fonctionne bien

on finirait presque par y croire

c'est simple, humain, drôle

vu avec une de mes lutines qui a bien ri

un très bon moment partagé

 

images (4)

Pourquoi Elsa est-elle née avec des pouvoirs magiques ? La jeune fille rêve de l’apprendre, mais la réponse met son royaume en danger. Avec l’aide d’Anna, Kristoff, Olaf et Sven, Elsa entreprend un voyage aussi périlleux qu’extraordinaire. Dans La Reine des neiges, Elsa craignait que ses pouvoirs ne menacent le monde. Dans La Reine des neiges 2, elle espère qu’ils seront assez puissants pour le sauver…

"Libérééééée, délivrééééée..." et toujours soutenue par sa soeur et ses amis

Nous y sommes allées sans enfants, juste pour le plaisir

et plaisir il y a eu : merci à Olaf surtout

pour petits, grands et... "vieilles" : à voir

 

images (5)

Une nouvelle adaptation des "Quatre filles du Docteur March" qui s’inspire à la fois du grand classique de la littérature et des écrits de Louisa May Alcott. Relecture personnelle du livre, Les filles du Docteur March est un film à la fois atemporel et actuel où Jo March, alter ego fictif de l’auteur, repense à sa vie.

Bien sûr ce n'est pas exactement l'histoire de notre enfance

bien sûr ce n'est pas le film de notre enfance

Il est parfois difficile de suivre tant il y a de flash-back

mais l'histoire est belle, les acteurs excellents

Un très beau film 

Posté par mamitta à 08:33 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
11 janvier 2020

Retour en arrière 3

téléchargement

Une femme disparaît. Le lendemain d’une tempête de neige, sa voiture est retrouvée sur une route qui monte vers le plateau où subsistent quelques fermes isolées. Alors que les gendarmes n'ont aucune piste, cinq personnes se savent liées à cette disparition. Chacune a son secret, mais personne ne se doute que cette histoire a commencé́ loin de cette montagne balayée par les vents d’hiver, sur un autre continent où le soleil brûle, et où la pauvreté́ n’empêche pas le désir de dicter sa loi.

Un thriller déconcertant qui nous mène de l'un à l'autre,

de l'Afrique au fond de la campagne française

qui parle de la solitude des hommes et des femmes

Une construction originale

un film dur mais prenant

 

5335514

Victor, un sexagénaire désabusé, voit sa vie bouleversée le jour où Antoine, un brillant entrepreneur, lui propose une attraction d’un genre nouveau : mélangeant artifices théâtraux et reconstitution historique, cette entreprise propose à ses clients de replonger dans l’époque de leur choix. Victor choisit alors de revivre la semaine la plus marquante de sa vie : celle où, 40 ans plus tôt, il rencontra le grand amour...

Revivre le passé... celui qui a été heureux, bien sûr : pourquoi pas ?

Il faut en avoir les moyens... financiers bien sûr

L'idée est bonne, les acteurs très bons et pourtant ça ne marche pas vraiment

J'ai passé un bon moment mais suis sortie déçue

 

4985388

Le maire de Lyon, Paul Théraneau, va mal. Il n’a plus une seule idée. Après trente ans de vie politique, il se sent complètement vide. Pour remédier à ce problème, on décide de lui adjoindre une jeune et brillante philosophe, Alice Heimann. Un dialogue se noue, qui rapproche Alice et le maire et ébranle leurs certitudes.

Réflexion très intéressante en cette année d'élections municipales...

Comment travaille un maire ? Qui l'entoure ?

Doit-on, peut-on rester maire plusieurs décennies de suite ?

Anaïs Demoustier est juste face à un Luchini éblouissant

malgré un ou deux moments où on a du mal à y croire

Et puis, cela se passe à Lyon, une si belle ville !

à voir absolument !

Posté par mamitta à 08:08 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
09 janvier 2020

Retour en arrière 2

1209130

Ancienne auteure à succès aujourd’hui sans le sou, Lee Israel se découvre par hasard un don exceptionnel : celui d’imiter à la perfection le style de grands romanciers. Avec l’aide de son ami Jack, elle monte une arnaque imparable: rédiger de fausses correspondances entre auteurs célèbres, que Jack revend à prix d’or aux collectionneurs new-yorkais. Grisés par le succès, les deux faussaires ne voient pas que le FBI commence à s’intéresser à eux…

Histoire vraie dans le milieu littéraire new-yorkais

l'association de deux éclopés de la vie

Absolument pas moral... 

mais très bon film

 

images

L’astronaute Roy McBride s’aventure jusqu’aux confins du système solaire à la recherche de son père disparu et pour résoudre un mystère qui menace la survie de notre planète. Lors de son voyage, il sera confronté à des révélations mettant en cause la nature même de l’existence humaine, et notre place dans l’univers.

Heureusement qu'il y a Brad Pitt et quelques belles images

aucune action, aucun suspense et beaucoup d'invraisemblances trop criantes

Aucun intérêt

 

images (1)

Rémy et Mélanie ont trente ans et vivent dans le même quartier à Paris. Elle multiplie les rendez-vous ratés sur les réseaux sociaux pendant qu'il peine à faire une rencontre. Tous les deux victimes de cette solitude des grandes villes, à l’époque hyper connectée où l’on pense pourtant que se rencontrer devrait être plus simple… Deux individus, deux parcours. Sans le savoir, ils empruntent deux routes qui les mèneront dans une même direction… celle d’une histoire amour ?

Pourquoi chercher sur les réseaux sociaux ce qui peut être à portée de main, de coeur ?

Revenir à des relations "directes" "normales" est-ce possible pour les nouvelles générations ?

Ah, petit régal : Camille Cottin et François Berléand en psys...

J'ai beaucoup aimé ce film

 

images (2)

L’heure de la retraite est enfin arrivée pour Philippe et Marilou ! Ils s’apprêtent à réaliser leur rêve : partir vivre sous le soleil du Portugal. Au revoir le travail, au revoir la famille, au revoir les emmerdes ! Ils pensaient enfin être tranquilles… mais leur famille a d’autres projets pour eux !

Bien sûr qu'on s'attendait à une série de clichés mais les acteurs semblaient promettre un bon rire...

Drôle parfois, mais malheureusement limite ridicule utilisation des Restos du coeur...

Et la fin est tellement prévisible !

Attendre que cela passe un dimanche soir à la télé

 

Posté par mamitta à 08:36 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
07 janvier 2020

Retour en arrière 1

Dernier post "cinéma" le 6 septembre !

Depuis, je crois avoir vu 15 films...

Je vais tout de suite vous parler du film qui m'a fait hurler

4765874

Le film, qui relate une histoire originale inédite sur grand écran, se focalise sur la figure emblématique de l’ennemi juré de Batman. Il brosse le portrait d’Arthur Fleck, un homme sans concession méprisé par la société. 

Violence, mépris, folie meurtrière

gravissime s'il est pris au premier degré...

et il l'est par certains malheureusement

NON

 

En contre-point, on ne peut que proposer le magnifique

images (1)

Bruno et Malik vivent depuis 20 ans dans un monde à part, celui des enfants et adolescents autistes. Au sein de leurs deux associations respectives, ils forment des jeunes issus des quartiers difficiles pour encadrer ces cas qualifiés "d'hyper complexes". Une alliance hors du commun pour des personnalités hors normes. 

C'est fort, c'est simple, c'est vrai

Une magnifique parole d'espoir même si l'absurdité du système voudrait arrêter cela

Espoir pour les autistes, espoir pour les jeunes "encadrants"

à voir absolument, sans oublier d'y emmener les ados

Posté par mamitta à 07:53 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
06 septembre 2019

Fraîcheur (2)

Deux films en VO anglaise

mais si différents !

images (1)

En 1969, la star de télévision Rick Dalton et le cascadeur Cliff Booth, sa doublure de longue date, poursuivent leurs carrières au sein d’une industrie qu’ils ne reconnaissent plus.

Vous en avez certainement entendu parler : un prix, douze nominations... ce n'est pas rien

Il faut aimer le western, le western spaghetti... connaître certains événements de cette époque...

Brad Pitt (mais il passe) et Leonardo DiCaprio (qui perd son charme en vieillissant) ne convainquent pas

La bande annonce présente des scènes drôles : ce sont les seules du film !

C'est long (2h41) 

Bref : je suis déçue

 

images (2)

Une célèbre présentatrice de « late show » sur le déclin est contrainte d’embaucher une femme d’origine indienne, Molly, au sein de son équipe d’auteurs. 
Ces deux femmes que tout oppose, leur culture et leur génération, vont faire des étincelles et revitaliser l’émission.

Une histoire presque banale dans ce milieu. Bien sûr vue de manière caricaturale (parce qu'on y parle de la place des femmes ? de leurs convictions ? de leurs batailles permanentes pour être reconnues ?)

Emma Thompson est superbe ! Et elle n'écrase pas les autres acteurs, tous excellents

C'est dynamique, on ne s'ennuie pas un instant, on s'inquiète et on rit

Bref, voilà un film à ne pas manquer !

 

Posté par mamitta à 07:11 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :